Projets divers

Camille Crunchant (doctorante en histoire moderne, allocataire du Ministère des Armées)
– Projet d’exploration des archives militaires de Sedan (EXAM-S), 2021-2022

I/ Contexte historique
Sedan, sous l’Ancien Régime, s’affranchit d’abord de la tutelle de la Principauté de Liège, en se proclamant ducs de Bouillon en 1492. Charles Quint annexe le duché en 1521, mais laisse aux seigneurs de Sedan dix-huit villages. Robert IV de La Marck procède alors à plusieurs agrandissements, en échangeant notamment des terres avec le roi de France, comme en 1547, le roi Henri II reconnaissant à cette occasion la souveraineté des seigneurs de Sedan sur les terres qu’il leur cède. En 1549, Robert IV acquiert également la seigneurie souveraine de Raucourt et se pose en souverain sur ses terres. Ce sont ses descendants, cependant, qui les premiers prendront le titre de Princes, jusqu’en 1651 : depuis 1602, les princes de Sedan ont participé à plusieurs conjurations, rébellions et complots contre le roi de France (conjuration de Charles de Gontaut-Biron, complot de la marquise de Verneuil, rébellion des princes, conspirations de Gaston de France, conspiration de Cinq-Mars). Louis XIII, excédé, annexe la principauté en 1642 ; Louis XIV, fidèle à la volonté de son père, prend définitivement le contrôle, déclarant que c’est « pour le bien de son état et pour mettre à couvert la frontière de Champagne, suivant la résolution du défunt roy son père Louis XIII », mais également qu’ « … il n’y a pas de place plus forte et meilleure en Europe ». L’époque est également marquée par une évolution majeure, avec la professionnalisation progressive des armées. Les troupes ne sont plus levées spécifiquement pour une campagne, on commence à voir se développer des régiments permanents, avec toutes les contraintes que cela créé : il faut désormais des lieux de vie et d’entraînement, on ne peut plus se contenter de vivre « sur le pays ». On le voit, dès ce moment-là, ces territoires, entre Pays-Bas espagnols, royaume de France et Saint-Empire, sont âprement disputés. Ce n’est probablement pas par hasard que, dès 1607, Henri de la Tour d’Auvergne, crée à Sedan la toute première école militaire, l’Académie des Exercices. Les arrières-pensées stratégiques des différents acteurs sont en effet clairement affichées, d’autant plus que la principauté a fait le choix de proclamer la liberté et l’égalité des cultes, devenant de fait un refuge pour les protestants, notamment à partir du massacre de Wassy.

II/ Objectifs du projet
Ce projet a pour ambition d’éclairer les politiques publiques qui visent à valoriser le patrimoine militaire de la ville, entre reconversion, restauration, conservation, démolition. Cette dimension est déjà fortement présente dans mon sujet de thèse, et a contribué à l’attribution d’une bourse du Ministère des armées en 2018, 2019 et 2020. L’histoire des casernes de Sedan (la première, le quartier Fabert, est construite en 1691 ; la caserne McDonald, construite en 1767, partiellement rasée en 1940, détruite en 1976 ; la caserne d’Asfeld ne sera pas étudiée dans ce cadre, elle est construite en 1844 et 1848), des raisons ayant amené à leur édification, du déroulement de ces chantiers, reste à écrire. C’est l’objet principal du projet « Exploration des archives militaires de Sedan » décrit ici. Ayant vu passer Errard et Vauban, notamment, elles présentent naturellement un intérêt patrimonial et historique fort. Les sources à explorer sont celles des Archives municipales de Sedan, des Archives départementales des Ardennes, ainsi que du Service historique de la Défense. Il faudra également vérifier si des documents sont conservés au Ministère des affaires étrangères.


Description détaillée des axes de travail et éléments de précision
L’ambition est d’explorer et d’exploiter ces archives sous différents angles afin de retracer cette histoire. On peut en effet distinguer quatre principaux axes de travail :
1) les casernes, leur construction, leur coût, les acteurs, les méthodes de construction, les péripéties des chantiers, leur aménagement;
2) les relations civilo-militaires et leur construction progressive, les modalités de cohabitation, les conflits, les procès, les moments de collaboration, l’observation des interactions entre ces deux sphères;
3) l’Académie des Exercices, son histoire, son programme d’enseignement, ses enseignants, ses élèves, les traces laissées dans l’histoire;
4) l’impact de la présence militaire à Sedan, sur l’organisation du tissu urbain, sur l’économie municipale, sur la démographie. Ce travail pourrait également être l’occasion d’une réflexion sur des « indicateurs d’impact » de la présence militaire dans les villes de garnisons (travail inédit, à mener avec des économistes, qui permettrait de proposer une nouvelle façon de considérer la présence militaire dans une ville) Pour les axes 1) et 2), nous nous appuierons sur l’expérience acquise à l’occasion du projet de nature proche mené en master 2 sur les casernes et les relations civilo-militaires de la ville de Verdun à l’époque moderne.

Pour l’axe 3), nous nous inspirerons des travaux effectués autour de l’histoire de l’École royale du génie de Mézières, présentés à l’occasion du colloque du CHR en 2015 et de la journée des doctorants du service historique de la défense en 2018.
L’axe 4) est totalement inédit : les travaux sur l’impact économique d’une garnison sont tous parcellaires et incomplets. Nous proposons de profiter de ce travail pour mener, avec des économistes, une réflexion sur l’impact économique, pour une ville, de la présence militaire, aspects qui sont souvent évoqués, notamment par les hommes politiques, lorsque la fermeture d’un site militaire est
évoqué. Ce travail exploratoire pourrait permettre de mettre au point des indicateurs, qui pourraient alors être utilisés pour l’analyse de toute ville de garnison. Il n’est évidemment pas possible de garantir de parvenir à bonne fin, mais les travaux effectués précédemment sur Verdun permettent d’affirmer que cela serait extrêmement intéressant, et ouvrirait de nouvelles pistes à tous les historiens militaires. Ce projet, on le voit, s’inscrit également de façon directe dans la lignée des travaux du groupement d’intérêt scientifique (GIS) Patrimoines militaires : Architectures, aménagements, techniques et sociétés (P2ATS). Il pourra bénéficier de travaux menés dans le GIS, mais également alimenter ce dernier, par exemple au travers de l’axe 4.

Rendus
Les propositions de rendus listées ci-dessous seront naturellement à réévaluer en fonction du contenu
réel des archives. Certains d’entre eux pourront nécessiter un réalignement.

  • un livre sur les casernes de Sedan, de leur construction au début du XIXe siècle
  • une monographie sur l’Académie des Exercices
  • 1 ou 2 articles dans des revues (RHA, revue d’économie…)
  • 2 ou 3 articles à l’occasion de colloques scientifiques
  • une conférence à Sedan
  • des fiches signalétiques sur les principaux acteurs identifiés
  • la mise au point d’indicateurs d’influence de la présence militaire dans une ville de garnison avec des MCF et PR d’économie de l’Université Paris Nanterre – Laboratoire EconomiX
  • la reconstruction en 3D de la caserne McDonald (initialement Torcy)
  • Proposition de rétro-planning
    Le dépouillement et le traitement des archives se déroulera sur l’année 2021 (AM de Sedan, AD des Ardennes, SHD, Ministère des affaires étrangères).
    L’établissement du corpus sera effectué au premier trimestre 2022.
    La rédaction des rendus se fera au premier semestre 2022
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search