Soutenance publique du doctorat d’Alain de Bonadona


Les coopérations aéronautiques de la France et de la Roumanie de la Première Guerre Mondiale à 1975

le 15 décembre 2021

Sous la direction de Jean-Noël Grandhomme et de Florin Turcanu.

Jury : Philippe Boulanger, Jean-Noël Grandhomme, Florin Turcanu, Traian Sandu, Irina Gridan.

Depuis les tous débuts de l’aviation, les Français et les Roumains ont avancé côte-à-côte. Par ailleurs, les relations entre les deux pays sont depuis longtemps envisagées comme relevant d’un rapport particulier. En dépit des aléas, ce thème est resté récurrent. L’objet de ce travail, centré sur l’hypothèse d’un lien étroit entre le Politique et l’exercice multiforme de la puissance aérienne, veut vérifier la validité de cette hypothèse sur une grande partie du XXe  siècle.  Le grand nombre d’événements souvent dramatiques auxquels sont confrontés les deux pays pendant cette période fournit autant d’occasions d’examiner des configurations variées, affectant les coopérations aéronautiques des deux nations, entre elles, comme avec des pays tiers. A l’occasion de cette recherche principale, portant sur les formes les plus larges de coopérations aéronautique, le thème de la relation particulière, souvent résumée comme une sororité latine, est mise à l’épreuve des faits.

Cette étude implique une permanente mise en contexte permettant de comprendre les décisions prises et les choix politiques, stratégiques, industriels, opérationnels retenus par les acteurs. Ceci a supposé un large recours principalement aux archives, et aux écrits nombreux ayant abordé ces périodes, provenant tant des acteurs et à leurs témoignages qu’aux œuvres d’auteurs, universitaires ou non, ayant apporté leur contribution à tel ou tel pan de cette histoire.

Il s’agit de suivre l’histoire complexe de deux pays, souvent ensemble, parfois isolés, parfois dans des camps opposés, et de rechercher tout ce qui peut relever d’une coopération aéronautique, idéalement avec l’autre composant de ce binôme. Et lorsque le partenaire principal est un tiers, les circonstances et les modalités de ces « autres » coopérations ont également d beaucoup à dire.

Le sujet est traité successivement en trois périodes qui correspondent  à la fois à des séquences historiques, dans leurs acceptions politiques événementielles, mais aussi à des moments  caractérisés par des modes et caractéristiques de coopération dans le domaine aéronautique tel que défini, c’est-à-dire très extensif. Pour autant ces périodes ne sont pas des blocs monolithiques. Une première période couvre les débuts efficaces de l’aviation, inclut la Première Guerre mondiale, et se prolonge jusqu’à la fin des conflits liés aux suites de la Révolution d’Octobre et/ ou à la période entourant les longues discussions aboutissant aux traités de Paix. La deuxième période couvre les années vint et trente. La troisième traite des années où la Roumanie a comme partenaire quasi exclusif l’Allemagne hitlérienne puis l’URSS triomphante de 1945, et ce jusqu’en 1975, millésime retenu comme borne terminale.

A l’intérieur de chacune de ces périodes, trois thèmes-cadres sont utilisés, avec des contenus et des modalités différents. Le premier thème traite des hommes engagés dans ces coopérations sous l’angle de la formation et de l’engagement. Le deuxième se préoccupe des aspects  matériels, et le troisième est consacré à l’usage fait de ces moyens humains et matériels, dans une perspective où notre sujet, les coopérations aéronautiques, rejoint  généralement le politique qui, pour l’essentiel, lui a donné naissance.

Durant ces trois périodes, les expériences de coopérations aéronautiques  ont été multiples – en fait elles n’ont jamais cessé d’avoir lieu – quelque soit le partenaire privilégié, ou dominant, ou inévitable, et la multiplicité des qualificatifs est significative, et s’applique aussi aux hommes, aux matériels, aux manières d’utiliser les éléments de la puissance aérienne, dans son acception entière, c’est-à-dire civile autant que militaire.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2021, 15 décembre). Soutenance publique du doctorat d’Alain de Bonadona. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr40

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search