Soutenance publique du doctorat en Histoire de l’art et Archéologie de Vincent Ory


Défendre l’empire par la mer ? Les fortifications côtières ottomanes en Méditerranée orientale (1451 – 1550)

le 26 mars 2021

Sous la direction de Nicolas Faucherre (Aix-Marseille Université) et de Andreas Hartmann-Virnich (Aix-Marseille Université)

Jury : Philippe Bragard (Université Catholique de Louvais), Nicolas Faucherre (AMU), Andreas Hartmann-Virnich (AMU), Stavros Mamaloukos (University of Patras), Ege Uluca Tümer (Eastern Mediterranean University).

Cette thèse propose de caractériser les formes que prennent les fortifications côtières ottomanes, au moment où l’usage de l’artillerie devient massif, et de déterminer leur évolution sur une période d’environ un siècle, à travers l’étude de dix ouvrages érigés entre l’avènement de Mehmet II et les dernières années du règne de Soliman le Magnifique. Cette série de monographies, réunies dans un volume indépendant (vol. III), vient nourrir la typologie formelle qui constitue le corps du volume de texte (vol. I), auquel s’ajoute un volume annexe contenant un glossaire et les illustrations (vol. II).

De 1451 à 1566, les sultans ottomans vont étendre leur empire sur trois continents — l’Europe, l’Asie et l’Afrique — grâce à une organisation administrative, économique et logistique centralisée, et à une armée de métier permanente, experte dans le maniement de l’artillerie et dans l’art du siège. La période est en effet marquée, dans toutes les principautés européennes en gestation, par une rupture technologique liée à la généralisation de la poudre explosive et de l’artillerie inhérente, qui entraine un changement radical des pratiques militaires. Sur mer, au tournant du XVIe s., l’introduction de canons de bronze à boulet métallique, embarqués sur des galères de guerres, puis sur des navires à voiles restructurés pour les recevoir, offre au vaisseau la possibilité de faire brèche dans le fort, donnant un nouveau rôle à la marine dans l’attaque. A contrario, l’augmentation de la portée effective de l’artillerie lourde offre également des possibilités nouvelles à la terre, en autorisant le verrouillage de chenaux maritimes jusque-là incontrôlables depuis la côte.

L’Empire ottoman, dont la puissance militaire est foncièrement continentale, ne paraît pas avoir disposé d’une vision géostratégique en Méditerranée. Sa flotte, qui peine à se développer, ne parvient ainsi à obtenir la maîtrise de la mer que sur un très court laps de temps, de la victoire de Préveza en 1538 à la défaite de Lépante en 1571. Le sultan de Mehmet II à Soliman, est dès lors contraint de fortifier les côtes de son empire, pour garantir la sécurité de sa capitale et de points stratégiques que sa marine n’est pas en mesure d’assurer.

Au sortir du Moyen Âge, les architectes et les ingénieurs du sultan construisent des forts spécialement conçus pour surveiller les côtes et battre la mer — forts à la mer de tenaille pour les détroits, bourtzi (fort isolé) pour les entrées de ports, enceintes portuaires — et mettent en place les nouvelles solutions de la fortification moderne : batterie côtière pratiquant des tirs rasants à couler, tour d’artillerie à plateforme et rampe de roulage, ouverture de tir dédiée, ventilation de casemate. Les formules adoptées dans le monde ottoman, qui puise leurs sources d’inspiration autant vers l’est (mondes indiens) que vers l’ouest (mondes européens) constituent des réponses cohérentes mais diversifiées à la puissance de feu de l’artillerie embarquée, à l’image d’un empire éclaté, sans que l’on puisse affirmer la part d’innovation propre, le rôle d’ingénieurs renégats venus d’ailleurs.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2021, 26 mars). Soutenance publique du doctorat en Histoire de l’art et Archéologie de Vincent Ory. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr3w

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search