Soutenance publique du doctorat en Histoire des techniques de Christophe Pommier

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Innovation et artillerie en France (1852-1914). Une radicale transformation technologique de l’armement au regard de l’histoire de l’innovation

le 10 décembre 2020

Sous la direction de Pascal Griset (Sorbonne Université)

Jury : Éric Anceau (Sorbonne Université), David Aubin (Sorbonne Université), Anne-Catherine Robert-Hauglustaine (Musée de l’Air et de l’Espace / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Hubert Heyriès (Université Paul-Valéry-Montpellier 3), Muriel Le Roux (ENS / CNRS)

Résumé

De 1852 à 1914, l’artillerie connaît plusieurs innovations qui révolutionnent l’arme et son emploi. Outre l’apparition et les cheminements de ces innovations, cette thèse a pour objectif de comprendre les défis qu’elles posent au monde militaire, les réponses qu’il y apporte et les réformes qui en résultent. La guerre de 1870-1871 constitue ainsi un test majeur pour les innovations du Second Empire – âme rayée et chargement par la culasse : les réformes des décennies suivantes découlent des enseignements qui en ont été tirés. Pour l’artillerie, cela implique de moderniser l’armement afin de revenir au niveau de l’Allemagne, puis d’innover délibérément et radicalement en venant à bout de deux blocages structurels : remplacer la poudre noire et maîtriser le tir rapide. Les solutions trouvées – mises au point d’une poudre propulsive sans fumée (1884), de la mélinite (1885) et du canon de campagne à tir rapide (1896) – constituent de véritables réussites techniques. Toutefois, le conservatisme général du commandement et ses doutes, mêlés de déni, quant aux effets létaux de l’armement empêchent ces innovations d’avoir une incidence forte et rapide dans les règlements militaires : le potentiel destructeur de la mélinite, le changement d’apparence du champ de bataille dû aux poudres sans fumée et sa saturation en projectiles par l’action généralisée d’une artillerie à tir rapide restent relativement méconnus. Les lourdes pertes humaines du début de la Première Guerre mondiale sont le prix à payer de de cette inadaptation doctrinale.

Illustration : Tourelle Mougin de 155 mm modèle 1876 du fort du Barbonnet © Christophe Pommier



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2020, 10 décembre). Soutenance publique du doctorat en Histoire des techniques de Christophe Pommier. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr3q

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search