Soutenance publique de l’HDR en Histoire médiévale de Laurent Vissière


Le dossier intitulé De poudre et de feu. Un Moyen Âge sans crépuscule, comprend un rapport de synthèse, un recueil de travaux et un mémoire inédit : HORIZONS BARRÉS. Réalités, pratiques et hantises de la guerre de siège au XVe siècle.

le 5 décembre 2020

Sous la direction d’Élisabeth Crouzet-Pavan (Sorbonne-Université).

Jury : Nicolas Faucherre (Université d’Aix-Marseille), Frédérique Lachaud (Sorbonne-Université), Alain Marchandisse (Université de Liège), Jacques Paviot (Université Paris-Est Créteil) et Valérie Toureille (Cergy Paris Université).

Le mémoire inédit traite de manière sérielle plus de 150 sièges menés en France et dans le monde francophone, entre 1410 (début de la guerre civile) et 1483 (mort de Louis XI). Bien qu’assez brève, la séquence chronologique compte un grand nombre d’opérations obsidionales : la guerre civile des Armagnacs et des Bourguignons, la seconde phase de la guerre franco-anglaise, les guerres de Bourgogne et celles de Louis XI, ainsi que le grand siège de Rhodes (1480). Les sièges retenus pour ce travail ont tous été étudiés pour eux-mêmes et non en fonction de leurs conséquences politiques. Il ne s’agissait pas de récrire une histoire des guerres du XVe siècle, mais de comprendre ce que représentait la guerre obsidionale pour les contemporains. Si je me suis, bien sûr, intéressé à la poliorcétique (théorie et pratique de la guerre obsidionale à l’heure du canon), j’ai surtout axé mes recherches sur les problèmes matériels et psychologiques qui se posaient à une population confinée à l’intérieur de son enceinte. Les civils subissent une militarisation complète de leur paysage – dont l’horizon est désormais barré par les armées ennemies –, et de son quotidien. Toute la société est mobilisée à la garde des murailles, y compris les ecclésiastiques, les femmes et les enfants, ce qui pose de nombreux problèmes – entre autres, famine et épidémies. Cette communauté vit au rythme des alertes, des cris, des menaces et d’une angoisse toujours accrue – la « fièvre obsidionale ». Les puissances surnaturelles sont en outre particulièrement sollicitées et, dans une ambiance électrique, miracles et prodiges tendent à se multiplier. Un dernier chapitre est consacré à la résolution des sièges – l’assaut et le sac, la composition, l’abandon –, ainsi qu’à la manière dont le souvenir du siège, grâce à des textes officiels, des légendes orales et des cérémonies anniversaires, s’intègre à la mémoire civique d’une population, parfois jusqu’à nos jours.

En raison du contexte sanitaire, la soutenance se fera entièrement en visioconférence (lien disponible sur demande : lvissiere[at]gmail.com.

Illustration : René d’Anjou, Le mortifiement de vaine plaisance, 1455 © Metz, BM, Ms 1486 (v. 1470).



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2020, 5 décembre). Soutenance publique de l’HDR en Histoire médiévale de Laurent Vissière. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr3p

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search