Soutenance du Master 2 de l’École du Louvre de Grégoire Maquin

1 - Usb

La dynastie Le Page. Arquebusiers de rois et d’empereurs

le 12 novembre 2020

Sous la direction de Ronan Trucas (Musée de l’Armée) et d’Émilie d’Orgeix (EPHE- PSL).

Le patrimoine militaire, composé de nombreuses œuvres d’art, est riche et varié. Parmi celles-ci, des armes ont été un support important pour l’art et les créations artisanales. Les XVIIIe et XIXe siècles, notamment, furent une période faste pour cette typologie d’objets d’art.  

Le métier d’arquebusier était ainsi réputé pour cette production d’armes de luxe ou d’apparat. Ils réalisaient pour de riches commanditaires des armes finement ouvragées, le plus souvent dans un but ostentatoire ou pour la chasse. 

Durant cette période, trois membres d’une même famille sont entrés dans l’Histoire en tant qu’arquebusiers de renom, les Le Page. L’histoire de cette dynastie d’arquebusiers est un exemple parfait de progression sociale entre la fin de l’Ancien Régime et le milieu du XIXe siècle. À l’origine modeste famille de cultivateurs normands, ils réussirent en l’espace d’un siècle à établir leur nom parmi les personnalités les plus influentes de la société parisienne. Par leur talents artistique et technique, ils édifièrent une importante réputation à leur atelier familial à travers l’Europe. En l’espace d’un siècle, de 1759 à 1842, la dynastie Le Page sut s’imposer parmi les nombreuses et anciennes maisons d’arquebusiers et d’armuriers parisiens. Ils furent tour à tous les serviteurs attitrés des plus grandes personnalités de leur époque. Pierre fut au service des ducs d’Orléans puis du roi Louis XVI. Jean fut également arquebusier du roi, puis passa au service des différents régimes républicains, pour lesquels il fit de grands efforts. Remarqué, il fut nommé par la suite arquebusier de l’Empereur et le resta tout au long de son règne. À la chute de l’Empire, le roi Louis XVIII, de retour sur le trône ne lui en tint pas rigueur et Jean redevint arquebusier du roi jusqu’à la fin de son activité. Henry reprit les statuts de son père, après la Révolution de 1830 qui instaura un nouveau régime, il conserva sa place d’arquebusier royal.

Cette habilité à se maintenir auprès des puissants, malgré les nombreux changements de régimes qu’ils connurent, est assez remarquable. Ceci est sans doute le témoignage incontestable de la reconnaissance de leur génie et de leur talent par les dirigeants successifs.

Ce mémoire retrace la brillante histoire de l’atelier Le Page, qui est encore largement méconnue. Il relate l’activité de l’atelier des Le Page et l’action des arquebusiers normands au travers des archives qu’ils laissèrent conservées au musée de l’Armée, aux Archives nationales et dans la maison Fauré-Le Page. Mais aussi en s’appuyant sur la collection d’armes Le Page du musée de l’Armée.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2020, 12 novembre). Soutenance du Master 2 de l’École du Louvre de Grégoire Maquin. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr3n

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search