Soutenance publique du doctorat en Histoire de Patrick Salin


La France et la défense terrestre des États-Unis d’Amérique de la guerre d’Indépendance à la guerre de Succession (1780-1880)

le 9 septembre 2020

Sous la direction de François Pernot (CY Cergy Paris Université).

Jury : Marie-Pierre Arrizabalaga (CY Cergy Paris Université), Lauric Henneton (U. de Versailles Saint-Quentin), Roch Legault (Collège royal militaire, Saint-Jean, Canada), François Pernot (CY Cergy Paris Université), Jean-François Pernot (Collège de France), Michèle Virol (Université de Rouen-Normandie).

En 1763, la France est expulsée politiquement et militairement d’Amérique du nord pour être remplacée par la Grande-Bretagne sur les deux-tiers de son ancien territoire de souveraineté. C’est un cataclysme politique et humain. Son statut de première puissance militaire continentale est mis à mal, son destin semble achevé en ce qui concerne les terres nord-américaines. Ce sombre destin est temporairement remis en cause avec son important appui à la guerre d’indépendance américaine, mais ce coup de poker serait-il sans lendemain et sans juste rétribution? En effet, bien qu’elle soit en position de force indiscutable et qu’elle ait repris en mains son destin de puissance navale, la France ne récupère pas ses anciennes possessions nord-américaines. Telle est la vision à laquelle s’attachent certains historiens avec un dépit à la fois légitime et compréhensible, mais cette vision est inexacte, car il n’en est rien.

Cette thèse ouvre à l’historiographie contemporaine une page d’histoire méconnue, tant en France qu’aux États-Unis et au Canada, une page de la relation de cette nouvelle puissance nord-américaine avec la France et ses ingénieurs. Dans une première partie, cette thèse présente les multiples ambiguïtés qui submergent le contexte dans lequel se déroule l’aide militaire française aux Insurgents américains et les suites immédiates de cette aide vitale qui contribue à ouvrir le chemin à la Révolution française. Dans une seconde partie, cette thèse montre comment, face à une situation stratégique très inquiétante, les États-Unis font appel à des ingénieurs français selon une tradition de mobilité des ingénieurs déjà bien établie, pour se doter d’un premier programme de construction de fortifications, permettant à la jeune République de s’offrir une petite ceinture de fer que n’aurait pas reniée Vauban, quoi que modeste selon les standards du grand ingénieur. Mais le danger qui pèse sur les États-Unis ne cesse de croître, un second programme de fortifications est alors mis en œuvre avec des ingénieurs français et les premiers ingénieurs américains nouvellement formés, ces derniers étant très friands des nouvelles techniques de fortification du marquis de Montalembert qui rivalisent avec celles du grand Vauban et que l’Europe va bientôt adopter. Aucune surprise à cela puisque la toute nouvelle Académie militaire de West Point, dont le programme de cours est élaboré par des officiers français, leur enseigne l’art de la guerre à la française et ses techniques de fortification. Mais tout cela n’est qu’un début. La troisième partie de cette thèse montre que le danger ne cesse de croître sur la jeune république, son ancienne puissance tutélaire n’ayant pas encore digéré son indépendance chèrement acquise. Un troisième programme de constructions fortifiées, véritable Ligne Maginot avant la lettre, est mis en place le long des côtes du Golfe du Mexique et de la façade atlantique américaine sous la direction d’un des meilleurs spécialistes en la matière directement issu de l’état-major de Napoléon et que le roi Louis XVIII accepte de prêter au président Monroe. Une fois sur place, le général Simon Bernard, non content d’édifier une authentique ceinture de fer mixant les concepts de Vauban et de Montalembert, façonne également le programme des cadets de l’Académie militaire de West Point sur le modèle des écoles françaises d’ingénieurs. Les guerres du Mexique et de Sécession révèleront la valeur de l’enseignement reçu et l’efficacité de la ceinture de fer.

En conclusion, l’influence de la France dans la naissance des États-Unis et dans leur progression rapide vers le statut Incontesté de grande puissance militaire a été déterminante pendant le siècle qui a suivi le traité de Paris de 1763, une influence et une amitié soulignées par l’inauguration de la Statue de la Liberté en 1886 et qui se sont poursuivies jusqu’aux guerres asymétriques de la seconde moitié du XXe siècle.

Illustration : Fort Pickens (1829-1834), baie de Pensacola, Floride. Le fort Pickens est l’un des forts conçus par le général Simon Bernard. On y voit une casemate d’artillerie avec un canon Rodman 10’’ en barbette sur le parapet. ©Patrick Salin, 2017.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2020, 9 septembre). Soutenance publique du doctorat en Histoire de Patrick Salin. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr3l

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search