Soutenance publique du doctorat de Benjamin Égasse


L’État, la fortification et le littoral lorientais. Pouvoirs, économie et environnement d’un système défensif au XVIIIe siècle

le 6 décembre 2019

Sous la direction de Sylviane Llinares (Université Bretagne Sud).

Jury : Sylviane Llinares (Université Bretagne Sud), Valérie Nègre (Université Paris I Panthéon Sorbonne), Thierry Sauzeau (Université de Poitiers), Gérard Le Bouëdec (Université Bretagne Sud), Isabelle Warmoes (Musée des Plans-reliefs).

Résumé

Entre 1695 et 1815, la rade de Lorient située sur le littoral méridional breton accueille en son sein des activités économiques et militaires stratégiques du royaume de France. Les tensions et conflits franco-britanniques qui émaillent le XVIIIe siècle rendent nécessaire la mise en sécurité de cet espace. Par des campagnes successives, le littoral lorientais est doté d’un maillage complet de fortifications destiné à protéger les intérêts du royaume de France. L’étude de la construction du système défensif du littoral lorientais permet de comprendre dans quelles conditions s’effectue la construction de l’ensemble de ce dispositif et quels sont les effets de l’implantation et de l’exploitation de ce dernier, en analysant les données politiques, techniques, économiques, militaires, sociales et environnementales de l’aménagement du littoral dans le passé. Cet aménagement requiert des ressources financières importantes amassées grâce à l’Impôt. Sur le terrain, la concrétisation des volontés royales est aux mains des ingénieurs du roi qui se reposent à leur tour sur l’expérience des entrepreneurs du bâtiment devenus adjudicataires des « affaires du roi » en matière de défense. Ce duo doit travailler sous tension dans un contexte financier contraint, diplomatique et militaire tendu.

Illustration : Partie de Lorient, SHD Vincennes 1M1089 (©SHD Vincennes, photo : Benjamin Égasse).



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2019, 6 décembre). Soutenance publique du doctorat de Benjamin Égasse. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr3g

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search