Soutenance publique du doctorat d’Emilie Bérard


L’armure du XIIIe au XVIIe siècle en Europe : une approche matérielle. Production, nature et circulation du métal

le 29 Juin 2019

Sous la direction de Valérie Toureille (Université de Cergy-Pontoise), Philippe Dillmann (LAPA-IRAMAT CNRS/CEA) et Catherine Verna (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis).

Jury : Luc Bourgeois (Université de Caen Normandie, rapporteur), Ivan Guillot (Université Paris-Est Créteil, rapporteur), Olivier Renaudeau (Musée de l’Armée, examinateur), Vincent Serneels (Université de Fribourg, examinateur), Philippe Dillmann (LAPA-IRAMAT CNRS/CEA, directeur de thèse), Valérie Toureille (Université de Cergy Pontoise, directrice de thèse), Catherine Verna (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, directrice de thèse).

La thèse est disponible en ligne.

Résumé 

A la fin du Moyen Âge, les armures étaient constituées d’une multitude de plaques de métal fabriquées à partir d’alliages ferreux. Si le rôle premier de ces pièces était d’assurer une protection efficace lors des combats, l’armure articulée complète pouvait aussi avoir une autre fonction, celle de distinguer socialement son porteur. Cet usage a donné lieu à la fabrication de produits de luxe, élaborés dans différents centres européens de grande renommée. Dans le but d’éclairer les savoirs techniques anciens mais aussi la complexité des marchés européens au travers de la circulation du métal, ce projet aborde l’étude des armures par leur matérialité, en mettant en œuvre une approche archéométallurgique. Un corpus spécifique, de plus d’une centaine d’objets, caractéristique de l’évolution de l’équipement défensif des combattants mais également des grands centres de production européens a ainsi été constitué. L’analyse du métal a permis de déterminer la nature des matériaux employés ainsi que les techniques de fabrication de ces objets. L’étude des inclusions non métalliques a quant à elle permis de discuter de l’origine géographique du métal utilisé pour la fabrication des pièces. De façon générale, les résultats ont montré l’emploi d’alliages de natures variées, parfois très hétérogènes pour réaliser les plates d’armures. Néanmoins, le métal employé possède en moyenne une dureté proche de celle d’un acier homogène à 0,4-0,5% de carbone. Les alliages trempés de dureté élevée demeurent très minoritaires dans le corpus étudié. Des spécificités ont néanmoins été relevées, comme l’utilisation d’un matériau particulier, associant plusieurs feuilles de métal de natures différentes qui pouvait offrir à l’armure de meilleures propriétés défensives. Les informations acquises ont également permis d’étudier les pratiques mises en œuvre par les armuriers que ce soit pour la fabrication d’une armure complète, la production massive de pièces en « série », ou issues d’un même atelier. Les résultats relatifs à la nature et au travail du métal nous ont ainsi amené à questionner le rôle du maître armurier qui signait les objets et la signification de cette signature pour un atelier.

Bibliographie sélective

BERARD, E., PECHEYRAN, C., DILLMANN, P., LEROY, S., VEGA, E., WILLIAMS, A., VERNA, C., TOUREILLE, V., 2020. “Ancient armour provenance by LA-ICP-MS analysis of microscopic slag inclusions”, Journal of Analytical Atomic Spectrometry 35.         

DILLMANN, P., L’HERITIER, M., 2007. “Slag inclusion analyses for studying ferrous alloys employed in French medieval buildings: supply of materials and diffusion of smelting processes”, Journal of Archaeological Science 34, p. 1810–1823.     

DILLMANN, P., PEREZ, L., VERNA, C., 2011. “Les aciers avant Bessemer”, dans L’acier en Europe avant Bessemer, Dillmann, P., L. Pérez & C. Verna (éd.), CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail, Toulouse, p. 6–56.           

DISSER, A., DILLMANN, P., BOURGAIN, C., L’HERITIER, M., VEGA, E., BAUVAIS, S., LEROY, M., 2014. “Iron reinforcements in Beauvais and Metz Cathedrals: from bloomery or finery ? The use of logistic regression for differentiating smelting processes”, Journal of Archaeological Science 42, p. 315–333.      

LEROY, S., SIMON, R., BERTRAND, L., WILLIAMS, A., FOY, E., DILLMANN, P., 2011. “First examination of slag inclusions in medieval armours by confocal SR-µ-XRF and LA-ICP-MS”, Journal of Analytical Atomic Spectrometry 26, p. 1078–1087.          

LEYDI, S., 2003. “Les armuriers milanais dans la seconde moitié du XVIème siècle”, dans Parures triomphales : le maniérisme dans l’art de l’armure italienne, José-A Godoy, Silvio Leydi (éd.), 5 continents & Musées d’art et d’histoire de la ville de Genève, Milan et Genève, p. 25–46.       

MENANT, F., 1988. “La métallurgie Lombarde au Moyen Âge”, dans Hommes et travail du métal dans les villes médiévales, Benoit, P. & D. Cailleaux (éd.), Association pour l’édition et la diffusion des études historiques, Paris, p. 127–161.        

PAINSONNEAU, S., 2004. Fabrication et commerce des armures l’armurerie tourangelle au XVe siècle, Association pour l’édition et la diffusion des études historiques, Paris.    

PFAFFENBICHLER, M., 1992. Armourers, British Museum Press, Londres.             

REITZENSTEIN, A. F. VON, 1959. “Die Ordnung der Nürnberger Plattner”, Waffen- und Kostümkunde 1, p. 54–73.             

TOUREILLE, V., 2015. “D’Azincourt à Marignan”, dans D’Azincourt à Marignan chevaliers & bombardes, 1415-1515, Bailleux, N. & J.-F. Colau (éd.), Gallimard Musée de l’armée de Paris, Paris, p. 17–29.

WILLIAMS, A., 2003. The knight and the blast furnace: a history of the metallurgy of armour in Middle Ages and the Early Modern period, Brill, London.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2019, 29 juin). Soutenance publique du doctorat d’Emilie Bérard. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr3f

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search