A la rencontre de Gaëtan Koenig (doctorant, Université de Bourgogne)

2 mars 2023

Le GIS Patrimoines militaires rencontre Gaëtan Koenig (Université de Bourgogne) qui prépare sa thèse en HistoireEtude de la fortification des entrées de maisons-fortes, châteaux et villes de Bourgognesous la direction d’Hervé Mouillebouche (Université de Bourgogne) et de Nicolas Faucherre (université Aix-Marseille).

Gaëtan Koenig,au château de Vautheau
Photo : Le Journal de Saône-et-Loire /Pascal Audoux

GIS P2ATS : Cher Gaëtan, comment est né votre projet de thèse lié à des questions militaires. Est-ce une continuation ou une rupture dans votre parcours académique ?

Gaëtan Koenig : Ma thèse s’inscrit clairement dans la continuité de mon parcours universitaire, dès ma licence j’ai systématiquement choisi des thèmes liés à la fortification dans le cadre de mes différents dossiers ou exposés que j’avais à faire. Par la suite, mon mémoire de Master en archéologie du territoire, effectué à l’Université de Strasbourg, était une étude de la fortification des entrées des châteaux de montagne en Alsace central. C’est ce mémoire de master qui a amorcé le début de mes réflexions sur ce qui est devenu aujourd’hui mon sujet de thèse : la fortification des portes. De plus, cette thèse s’inscrit parfaitement dans ma volonté de devenir un archéologue du bâti.

Quels sont les principaux enjeux de votre recherche en cours ?

GK : L’idée primaire de ma thèse était de faire une typo-chronologie de la fortification du passage des portes en Bourgogne, pour ce faire je comparais les dimensions des différents élément constituant l’entrée (largeur et hauteur, dimension de la herse… et bien d’autres informations.). Le sujet a légèrement changé afin de comprendre comment étaient construites les portes et comment elles ont évolué, pour ce faire j’associe les vestiges de terrain à la lecture d’archive (principalement des livres de comptes).

Vous dirigez un chantier de fouilles à La Grande-Verrière. Pourriez-vous nous décrire ce projet ?

GK : Bien sûr, rien de top secret, le château de Vautheau est un petit site fortifié de Saône-et-Loire, dont le principal vestige en élévation est une tour-porte construite au XIIIe siècle avant d’avoir été modifiée au XIVe et finalement lourdement reprise à la jonction du XVe et XVIe siècle. C’est lors de cette ultime phase que furent complètement modifiées les circulations internes du château qui sont l’objet des chantiers archéologique que je dirige sur ce site depuis deux ans maintenant. Ces chantiers ont permis de corriger la chronologie de la tour-porte, de définir la fonction des étages et finalement d’étudier les modifications sur le temps long d’un mécanisme de pont-levis et des chemins de circulation de l’édifice.

A part le château de Vautheau, quel est votre site ou objet patrimonial préféré ?

GK : Sans aucun doute possible le Haut-Koenigsbourg ! C’est le château qui m’a fait commencer la castellologie.

Château du Haut-Koenigsbourg
Photo : Tristan Vuano

Avec Camille Crunchant, doctorante à l’Université CY Cergy Paris Université, vous organisez la troisième édition des journées des jeunes chercheurs du GIS. Qu’attendez-vous – personnellement – de cet événement ?

GK : De bonnes découvertes ! La plupart des étudiants du GIS travaillent sur des périodes bien le loin de mes sujets d’études, je suis donc certain d’apprendre pas mal de chose lors de ces journées et j’espère qu’il en sera de même pour les autres participants, c’est ce qui est intéressant avec les journées transpériodes.


En tête de l’article : La plateforme d’artillerie du grand bastion avec ouvriers – © DBV/Inventaire Alsace – Château du Haut-Koenigsbourg, Alsace, France.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2023, 2 mars). A la rencontre de Gaëtan Koenig (doctorant, Université de Bourgogne). GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr52

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search