Stratigraphie des interventions architecturales dans les constructions militaires : Concevoir, transformer, patrimonialiser

3èmes journées d’étude des Jeunes chercheurs du GIS Patrimoines Militaires sous la direction de Camille Crunchant (doctorante, Cergy-Paris Université, UMR 9022 HERITAGES) et de Gaëtan Koenig (doctorant, Université de Bourgogne, UMR 6298 ARTEHIS).

Lorient, Université de Bretagne Sud, vendredi 9 et samedi 10 juin 2023.

Comité scientifique : Hervé Mouillebouche, François Pernot, Christophe Cérino, Nicolas Meynen, Émilie d’Orgeix.

Programme

Présentation

Ces troisièmes journées d’étude des Jeunes chercheurs du GIS Patrimoines militaires sont consacrées à l’exploration des modifications apportées sur le temps long à l’architecture militaire, afin de l’adapter aux besoins évolutifs de l’armée et des sociétés (en matière de défense, d’habitat…). En corolaire, la journée s’attachera également à envisager les diverses manières de valoriser un patrimoine qui résulte d’une succession d’interventions dont souvent la dernière tend à effacer par sa visibilité immédiate celles qui l’ont précédées.

Ce questionnement se fonde sur le constat que l’immense diversité du patrimoine fortifié, comprend des objets aussi différents que les traces d’un oppidum du dernier Âge du fer, d’un castrum romain, des ruines d’un château fort médiéval, d’une redoute de l’époque moderne, d’un fort planifié par Vauban sur un piton rocheux dans les Alpes ou d’un bunker allemand sur la côte Atlantique. Si certains d’entre eux ‒ que ce soit pour leur intérêt historique majeur ou, parfois, pour leur simple présence dans le paysage ‒ bénéficient d’une mise en valeur, certains demeurent en marge des études scientifiques et des chemins touristiques, quand ils ne sont pas, tout bonnement, oubliés.

Dans un tel contexte, il n’est pas étonnant que les études sur le « patrimoine fortifié » au sens large résultent, pour la plupart, d’initiatives locales, menées sur un périmètre géographique restreint ou centrées sur un type de sites bien précis. C’est même parfois un unique élément architectural, comme l’illustrent, entre autres, les travaux d’Hervé Mouillebouche, consacrés aux maisons-fortes en Bourgogne du Nord, ceux de Vincent Buccio sur l’ouvrage à cornes de Saint-Jean à Soissons, ou encore l’exploration archéologique menée par Martin Perron d’une batterie côtière de la Seconde Guerre mondiale (voir bibliographie indicative).

Tous ces sites et architectures fortifiés partagent cependant un point commun : leur rôle originel de défense et, en conséquence, leur vocation à subir l’attaque et à y résister. Et c’est précisément ce qui justifie que leur conception et leur développement soient directement liés aux progrès techniques et scientifiques de la poliorcétique. Un ouvrage fortifié, par sa nature même, doit être constamment adapté, pour répondre à l’évolution des armements et des stratégies militaires, tout en tenant compte des contraintes liées à son environnement et aux capacités financières du maître d’ouvrage, sans perdre de vue son habitabilité. Les tactiques d’attaque et de défense des places se répondent l’une à l’autre. Et comme il s’agit souvent d’ouvrages coûteux, au fil du temps, ils sont réparés, agrandis, améliorés et renforcés, modifiés dans leurs fonctions premières afin de répondre aux nouvelles exigences de la défense. Grâce aux méthodes d’analyse archéologique de la construction, y compris le recours à des techniques innovantes (thermoluminescence, 2D, 3D), il est possible de retracer les changements qui ont été opérés, en étudiant notamment les matériaux employés, les élévations, les structures (murs, charpentes, sols…), et les évolutions dans les géométries des ouvrages.

Mais certains de ces sites, au-delà de leur fonction militaire initiale, trouvent une deuxième vie, qui peut être touristique, commerciale ou institutionnelle. On peut penser, par exemple, au Fort l’Ecluse, dans le pays de Gex, qui abrite désormais des expositions, une via ferrata et un festival de jazz ; à la base de sous-marins de Keroman, transformée en pôle nautique, hébergeant un musée et un centre d’affaires ; à Rouen, la caserne Jeanne d’Arc qui accueille une annexe du Conseil régional de Normandie. Il ne s’agit alors plus de s’adapter à une évolution des exigences de l’armée, mais de faire un choix entre déclassement, démantèlement et appropriation à de nouvelles missions, le plus souvent civiles, dans un paradigme moins belliqueux. Ces emprises foncières, généralement vastes, nécessitent souvent des projets architecturaux de grande ampleur capables de conserver la trace – et la mémoire – de sites qui ont acquis une place dans la mémoire collective.

C’est dans cette optique que nous invitons les jeunes chercheurs en histoire, en archéologie et en histoire de l’art ainsi que les architectes du patrimoine à explorer ces constructions militaires, qu’elles soient permanentes ou temporaires, de leur création à leur destruction ou à leur réhabilitation, dans une perspective de temps long et au travers de l’étude des moyens mobilisés pour les concevoir et surtout les adapter. Cette analyse peut se faire à l’échelle d’un site ou se concentrer sur un élément plus limité : une tour, un type d’accès, un espace de vie… Elle se fera à travers une approche pluri-vectorielle, pouvant mobiliser l’archéologie du bâti, les plans et autres représentations graphiques, l’iconographie, les notes des maîtres d’œuvre (ingénieurs militaires, architectes), les documents techniques (devis descriptifs) ou comptables, les mémoires sur la défense des places… L’ambition est de mieux appréhender comment ces constructions ont traversé le temps pour arriver à nous dans tel état, ou disparaître avant, de décrypter les motivations à l’origine des évolutions des constructions militaires, d’observer les méthodes ainsi que les moyens humains, matériels et méthodologiques mis en jeu, sans oublier de rappeler les résultats obtenus.

Quatre thèmes seront privilégiés, sans être exclusifs :

1. La documentation disponible (sources et techniques) : Comment se présente-t-elle ? Son accès/ sa disponibilité ? Pour quel public ?

2. Les adaptations : chronologie, justifications, modalités, financements, aléas… ;

3. Le rôle et l’apport de l’archéologie de la construction ;

4. La valorisation : à travers le(s) moyen(s) permettant de restituer les différentes étapes d’intervention, le choix du public, etc.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2023, 21 avril). Stratigraphie des interventions architecturales dans les constructions militaires : Concevoir, transformer, patrimonialiser. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr54

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search