Soutenance publique du doctorat en Histoire de l’art de Marina Viallon

BAULLERY Nicolas, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, INV 23705, Recto - https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl020009594 - https://collections.louvre.fr/CGU

Les tournois à la cour de France à la Renaissance (v. 1490-1620)

le 26 juin 2023

Sous la direction de Sabine Frommel (École Pratique des Hautes Études)

Jury : Monique Chatenet (Conservatrice en chef honoraire du patrimoine), Laurent Hablot (École Pratique des Hautes Études), Nicolas Le Roux (Sorbonne Université), Estelle Leutrat (Université Rennes 2), Olivier Renaudeau (musée de l’Armée)

Date & lieu : Lundi 26 juin 2023, 14h, Salle Walter Benjamin, Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Présentation

Si les tournois sont souvent associés à la période médiévale qui les a vu naître, ils ont pourtant continué à faire partie du quotidien de la noblesse chevaleresque tout au long du XVIe siècle, et en particulier à la cour de France, où ils furent pratiqués jusqu’au début du règne de Louis XIII. Jusque-là jamais vraiment étudiés, les tournois de la cour de France à la Renaissance faisaient pourtant partie des fêtes publiques royales les plus luxueuses et impressionnantes dans lesquelles toute la cour s’investissait et s’y trouvait en représentation. Leurs formes étaient d’une grande diversité, reflets des différentes pratiques militaires du début de l’époque moderne, perpétuant des pratiques séculaires, comme la joute à la lance, mais en en inventant ou en important aussi de nouvelles. Fêtes emblématiques d’une élite sociale et politique dont la chevalerie était encore la culture majeure, participants, spectateurs et organisateurs, rois et seigneurs, pouvaient y dépenser des fortunes. Les meilleurs artistes et artisans de la cour étaient ainsi régulièrement sollicités pour en créer les décors, les armures, les costumes, ou encore les textes et la musique. Plus que de simples divertissements ou compétitions sportives, les tournois relevaient également du rite social, véritables théâtres où la noblesse se mettaient en scène devant ses pairs et son souverain pour valider son appartenance, militaire et morale, à la grande caste de la chevalerie. En France, de la fin du XVe siècle au début du XVIIe, le tournoi fut également un véritable outil politique, en particulier dans les relations qu’entretenaient noblesse et monarchie. Les rois l’employèrent ainsi pour rassembler leurs partisans, mettre en avant leurs soutiens, mais aussi pour rassurer symboliquement une noblesse féodale dont le partage du pouvoir avec le roi était de moins en moins une réalité. Au fur et à mesure du XVIe siècle cependant, les tournois de cour servirent plus ostensiblement à la représentation de la personne et du pouvoir du roi, au point de parfois contrarier les traditions de la noblesse française. De son côté, la noblesse traditionnelle n’oubliait pas le caractère originellement subversif du tournoi envers les hautes autorités, et lors des tensions et conflits politiques et militaires qui émaillèrent le XVIe siècle français, les tournois furent autant un outil de réunion que d’opposition. Ces spectacles, œuvres d’art totales malheureusement éphémères, tinrent ainsi une place non négligeable dans l’histoire artistique, sociale, et politique de la France de la Renaissance. Ils suivirent ainsi les multiples évolutions et remises en cause de la monarchie et de la noblesse françaises, perdant au début du XVIIe siècle leurs derniers véritables combats, au profits des grandes démonstrations équestres, appelées généralement carrousels. Les costumes extravagants et les jeux galants de ces descendants des grands tournois des Valois se présentaient désormais comme les outils de propagande d’une monarchie absolue affirmée, dans laquelle la chevalerie et ses tournois étaient finalement devenus des motifs de l’imaginaire comme les autres.

Pour en savoir plus sur le projet de thèse.

BAULLERY Nicolas, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, INV 23705, Recto – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl020009594 – https://collections.louvre.fr/CGU


Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2023, 15 juin). Soutenance publique du doctorat en Histoire de l’art de Marina Viallon. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr55

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search