Octobre 2023 : Colloque : Les fournisseurs de l’Armée. Du lit de camp au sous-marin nucléaire : objets, productions, techniques. Toulouse, hôtel d’Assezat, 13/14 octobre 2023

 

Colloque sous la direction scientifique de Nicolas Meynen (Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA-UMR 5136 CNRS) et Émilie d’Orgeix (École pratique des hautes études, PSL Université, Histara-EA 7347), en partenariat avec le gis p2ats Patrimoines militaires et l’association Valoriser les Patrimoines Militaires

Lieu : Hôtel d’Assezat, Place d’Assezat, 31000 Toulouse (métro Ligne A, Station Esquirol)
Pdf du programme : GIs_Prog_Colloque_Fournisseurs_Armée_13-14 oct_2023_Toulouse
Contacts :
nicolas.meynen@univ-tlse2.fr  et emilie.dorgeix@ephe.sorbonne.fr

 

Vendredi 13 octobre 2023
9h30   Accueil des participants
9h45   Introduction générale par Nicolas Meynen et Émilie d’Orgeix

Session 1. Production matérielle, objets, inventions
Présidence : Daniel Baloup, Université Toulouse Jean Jaurès

10h00   L’habit blanc. Fournir les draps d’uniforme des troupes du roi au XVIIIe siècle (1685-1789) par Paul Bastier, Archives Nationales, Paris
10h30   Fourniture et uniformisation progressive de l’armement et de l’équipement des Mousquetaires du roi : la relative autonomie des unités d’élite de l’armée française sous l’Ancien Régime par Julien Wilmart, Sorbonne Université, Paris – Université Saint-Louis, Bruxelles
11h00   La fourniture des couvre-chefs militaires au xixe siècle (1791-1884) : processus   uniformisé pour un effet d’uniforme ? Étude sur les coiffures de l’infanterie par Alexandre Longer, Sorbonne Université, Paris


11h45 
Paul Boyé Technologies : témoignage d’une entreprise vivante
 
par Jacques Boyé,
président de Paul Boyé Technologies 

Session 2 – Écoles, industries et marchés
Présidence : Caroline Le Mao, Université Bordeaux Montaigne

14h15   Pourvoir la cavalerie française : l’École d’arçonnerie de Saumur. Conception, développement et production des systèmes de harnachement uniformisés: modèle 1845 au modèle 1884, aussi dit modèle 1874 modifié par Tara Di Piazza, Université Toulouse Jean Jaurès
14h45   L’apport de l’industrie privée pour l’armement en 1870-1871 : l’exemple d’Amédée Bollée par Christophe Pommier, musée de l’Armée, Paris
15h15   La barrière d’acier. Les grands industriels français face au défi des tourelles blindées (1873-1914) par Mathieu Panoryia, Service Historique de la Défense, Vincennes
15h45   Henri Weulersse et le marché de la ventilation navale par Cecilia Vaucher, Université Bretagne Sud, Lorient

Session 3 : Quelles sources pour écrire une histoire des fournisseurs ?
Présidence : Émilie d’Orgeix, EPHE-PSL

16h30   Un fonds privé pour connaître les fournisseurs de la Marine du Roi : les papiers Arnoul par Caroline Le Mao, Université Bordeaux Montaigne
17h00   Étudier les relations entre l’État et ses fournisseurs à travers le fonds privé Amiot par Justin Lecarpentier, Université de Caen
17h30   La voiture Lefebvre par Martine Cuttier, Université Toulouse III – Paul Sabatier

 

Samedi 14 octobre 2023

Session 4 : Lieux et espaces de productions
Présidence : Sandrine Victor, INU Champollion

9h30   De la farine à la poudre : les lieux de productions et de stockage liés à l’arsenal de Rochefort (Charente-Maritime) par Christophe Bourel Le Guilloux et Béatrice Gaillard, Conservation régionale des Monuments historiques, DRAC Nouvelle-Aquitaine
10h00  Instrumenter les armées en temps de Révolution et de pénurie. L’exemple de la manufacture de lunettes achromatiques (1794-1795) par Vincent Guillaume, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
10h30  Histoire de l’implantation et organisation du complexe militaro-industriel aquitain dans les années 1960 par Laetitia Maison-Soulard, Service du Patrimoine et de l’Inventaire, Région Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux
11h00  Le Centre d’expérimentation du Pacifique pendant les essais nucléaires atmosphériques en Polynésie française entre 1963 et 1975 : une machine d’origine française pour une bombe française ? par Manatea Taiarui, Université de la Polynésie française

 

14h30-16h30 – VISITE
Sur les pas du passé militaire toulousain
Visite en ville : vestiges du mur d’enceinte, projets de citadelle de 1814, de l’arsenal à la faculté de droit, hôtel Duranti, Palais Niel, monument aux morts, cimetière de Terre-Cabade…

 

Argumentaire

De tout temps, l’Armée a été dépendante de fournisseurs privés pour son approvisionnement, ses matières premières, ses équipements, son armement et son domaine bâti. Aujourd’hui encore, elle est le premier acheteur de l’État. Si le titre de « fournisseur aux armées » est lié à la professionnalisation des armées depuis l’époque moderne, celui plus générique de fournisseur de l’Armée évoque une constellation de figures aux fonctions, actions et périmètres très divers selon les périodes, les armes et les théâtres d’opérations. Le fournisseur est, par ailleurs, rarement une figure isolée : il active des réseaux, orchestre, sous-traite, engage, collabore (avec des artisans, des inventeurs, des ingénieurs…). Les dynasties familiales s’y illustrent tout autant que les intermédiaires, agents et brookers, qui armaturent les réseaux.

D’un point de vue historiographique, l’histoire des fournisseurs a bénéficié depuis le début du XXe siècle de la vitalité de l’histoire sociale, administrative, économique et financière. Plus récemment encore, d’autres pistes de recherche ont été ouvertes. Elles mobilisent l’archéologie du champ de bataille, l’histoire connectée, l’histoire transnationale et transcoloniale, l’histoire des sciences et même l’archéologie des media. Cependant, d’une manière assez paradoxale, les approches matérielles et spatiales liées à l’étude des objets et des lieux de production ont été peu convoquées. C’est oublier que les fournisseurs des armées, tour à tour, marchands, négociants, détaillants, sous-traitants, manufacturiers, approvisionneurs, munitionnaires, fabricants, entrepreneurs, industriels ou magnats de l’industrial Warfare… ont produit, adapté et inventé une multitude d’objets. Leurs activités, se sont également déployées dans des architectures fonctionnelles (ateliers, hangars, bureaux…) et sur des sites (manufactures, usines, aéroports, arsenaux, bases, sites d’essais…) dont ils ont conçu et/ou commandité les modèles, plans, distributions et infrastructures.

C’est en suivant cette ligne directrice, favorisant le croisement d’objets et de lieux, que ce colloque a été pensé. Il s’inscrit, d’une part, dans le sillage de l’histoire matérielle qui, depuis les années 1990, promeut une écriture de l’Histoire non pas « avec » des objets mais « à partir » des objets. Il se fonde, d’autre part, sur le développement des approches spatiales qui engagent à concevoir le « lieu » comme un matériau d’étude à part entière. En d’autres termes, que nous apprennent les objets sur leurs méthodes et leurs pratiques de production ? Comment et qui les a pensés, dessinés, modélisés, fait fabriquer et parfois protégés par des brevets ? Dans quelles architectures et dans quels espaces ont-ils été produits ? Que nous apprennent ces lieux et leurs équipements sur les processus de création et de production ?

Lien vers l’appel à communications : https://patmilitaire.hypotheses.org/6104



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2023, 7 septembre). Octobre 2023 : Colloque : Les fournisseurs de l’Armée. Du lit de camp au sous-marin nucléaire : objets, productions, techniques. Toulouse, hôtel d’Assezat, 13/14 octobre 2023. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr5b

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search