Janvier 2024 – Soutenance de thèse – Grégoire Binois – Les cartes en mains. Le travail des topographes et la construction de la géographie militaire dans la France du XVIIIe siècle

 

Soutenance publique le 12 janvier 2024  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, centre Sorbonne – salle J-B. Duroselle – 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris

 

Composition du jury : Pascal Brioist, professeur des universités, université de Tours (rapporteur), Émilie Dosquet, maîtresse de conférences, Cergy Paris Université Hervé Drévillon, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur), Bernard Gainot, maître de conférences honoraire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (examinateur), Liliane Hilaire-Pérez, directrice d’études, EHESS (examinateur), Isabelle Laboulais, professeur des universités, université de Strasbourg (directeur),  Émilie d’Orgeix, directrice d’études, EPHE-PSL (rapporteur)

 

Résumé
Cette thèse porte sur la géographie militaire en France au XVIIIe siècle. Alors que la discipline est traditionnellement présentée comme une affaire d’ingénieurs, mon enquête déconstruit cette vision en s’appuyant d’abord sur une étude quantitative des productions géographiques. Cette démarche me permet d’insérer les ingénieurs dans le monde des topographes aux armées et de montrer comment, au sein de ce champ de savoirs, la domination des ingénieurs s’est imposée grâce à leur position institutionnelle privilégiée. Les ingénieurs sont en outre parvenus à exercer une domination symbolique sur le champ en devenant les principaux artisans de sa rationalisation. Fers de lance de l’adaptation des procédés techniques aux nouveaux enjeux de l’art militaire, ils se sont arrogé un rôle clef dans l’élaboration d’une science de la guerre, en plaçant l’analyse du terrain au fondement des savoirs d’État-Major. Étudier une activité professionnelle avant qu’elle ne devienne une discipline normée et pratiquée par des individus patentés constitue la principale avancée de cette enquête qui, au-delà du cas des ingénieurs militaires, pointe les limites des études menées par corps de métier. En déjouant les biais historiographiques qui ont longtemps prévalu dans les travaux consacrés à la géographie militaire, cette enquête questionne l’emprise des institutions sur l’écriture des savoirs et adopte une approche pragmatique centrée sur les archives et les conditions de leur production.


Summary
This thesis deals with French military geography in the 18th-century. Although this discipline is traditionally presented as the engineers’ area of expertise, my investigation deconstructs this vision by relying firstly on a quantitative study of geographical productions. This particular approach allows me to integrate engineers into the world of military topographers and to show how, within this field of knowledge, these engineers established their dominance thanks to their privileged institutional status. Moreover, engineers also succeeded in exerting symbolic domination on the field by becoming the main architects of its rationalization. Spearheading the adaptation of technical processes to the new challenges of military art, they arrogated to themselves a key role in the development of a military science, instituting field analysis at the core of military staff knowledge. Studying a professional activity before it becomes a standardized discipline practiced by certified individuals is the main advance of this research which, beyond the situation of military engineers, highlights the limits of trade-focused studies. By thwarting the historiographical biases that have long prevailed in research projects devoted to military geography, this investigation questions the influence of institutions on the transcription of knowledge and takes a pragmatic approach focused on archives and the conditions of their production.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2023, 25 décembre). Janvier 2024 – Soutenance de thèse – Grégoire Binois – Les cartes en mains. Le travail des topographes et la construction de la géographie militaire dans la France du XVIIIe siècle. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vfag

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search