Projet de thèse : Guillaume Yverneau – Tommies et civils : étude des relations entre militaires britanniques populations françaises à la Libération et après, 1944-1948

 

Thèse sous la direction de François Rouquet (HisTeMé, université de Caen) et Hanna Diamond (School of Modern Languages, Cardiff University)

 

Argumentaire
« The manner in which hirings duties are discharged may have a considerable influence on the maintenance of harmonious relations with the civil population. Such relations are a definite military asset in faciliting operations and reducing the demands on man-power for the maintenance of order »[1]. Cette instruction à destination d’officiers britanniques s’apprêtant à débarquer en Europe à l’été 1944, montre à quel point l’arrivée de troupes sur un territoire occupé par l’ennemi depuis quatre ans soulève des problèmes de fond qu’il convient de prendre en compte.

            « Invasion » est le terme employé par les Alliés pour parler du Débarquement et de la Libération du nord-ouest de l’Europe en 1944-1945 (opération Overlord). De leur point de vue, il faut « envahir » pour « libérer » alors que l’Allemagne avait « envahi » pour « occuper ». Cette importance des termes met en exergue tout le dilemme d’une armée, fût-elle de libération, à son arrivée sur un territoire étranger. Très vite, la légitimité d’une présence militaire peut-être remise en cause, à l’image de ce que l’on observa dans les années 2000 pour l’intervention en Irak. L’opinion publique est une force puissante que les responsables politiques et militaires ne peuvent négliger qu’à leurs risques et périls. Celle-ci étant versatile, elle est aisément manipulable et son ralliement est essentiel pour les armées voulant légitimer leur présence. Ces problématiques sont primordiales dans la planification par les Alliés de l’invasion du nord-ouest de l’Europe.

            Dès lors, quand débute la Libération le 6 juin 1944, rien n’est moins certain pour eux que la réaction des populations civiles. Les territoires où ils prennent pied sortent de quatre années d’une dense occupation accompagnée de l’omniprésence de propagandes allemande et collaborationniste. Le Débarquement s’accompagne de bombardements qui engendrent de fortes destructions et de nombreuses victimes puisque les deux tiers des Normands tués le sont du fait des bombes et obus alliés. Les militaires prenant pied en Europe sont alors dans l’incertitude quant à l’attitude qu’auront les civils face à eux.

Aussi, la préparation de l’invasion prend en compte l’administration des territoires libérés. Il est clair que lorsque les Alliés arrivent, ils se trouvent face à une administration ayant collaboré avec l’occupant. Dès lors, trois options s’offrent à eux pour administrer le territoire : rétablir le personnel en place avant-guerre, s’appuyer sur l’appareil collaborationniste ou instaurer un gouvernement militaire. En France, le spectre de l’AMGOT (Allied Military Government of Occupied Territory) inquiète, mais ni Roosevelt, ni Churchill ne l’envisagent. Ces inquiétudes poussent de Gaulle à mettre en place un contre-État reconnu par les Alliés et pouvant assurer la souveraineté à la Libération.

            Lors du Débarquement en Normandie, plus de la moitié des troupes alliées appartiennent au 21e groupe d’armées britannique du général Montgomery. Au lieu des trois semaines prévues, la Bataille de Normandie dure jusqu’à la fin août 1944. Les combats entraînent une forte concentration de troupes dans la région. Puis, dès septembre 1944, les Alliés libèrent le nord de la France en quelques jours. Au total, dans les sept mois suivant le Jour-J, 3,5 millions de soldats alliés ont pris pied en Europe. Ceux qui survivent aux combats restent jusqu’à fin du conflit en septembre 1945, voire jusqu’en 1948, attendant leur démobilisation et retour en Grande-Bretagne

Axes et problématique

Une histoire de représentations en contexte guerrier

Premièrement, un aspect de l’étude porte sur les représentations, essentielles à interroger lorsque l’on s’intéresse aux relations entre civils et militaires, notamment lorsqu’il s’agit de deux groupes sociaux de nationalité différente. Avant le Débarquement, que ce soit côté français, ou britannique, les uns comme les autres sont imprégnés de poncifs en grande partie hérités de mémoires familiales ou personnelles. Le souvenir d’une Entente cordiale scellée dans la boue des tranchées de la Grande Guerre est encore fort, et ce, malgré certains événements repris par les propagandes vichystes et allemandes : Dunkerque, Mers-el-Kébir, Dakar ou encore les raids aériens de la Royal Air Force. Les autorités de Vichy déploient de grands efforts de propagande pour détériorer l’image des Britanniques, en convoquant des figures historiques telle que Jeanne d’Arc, brûlée par les Anglais en pleine guerre de Cent Ans. Toutefois, « la foi dans une intervention quasi miraculeuse des Britanniques et la déconfiture totale de l’Allemagne persiste au cœur d’une bonne partie de la population »[2]. Effectivement, les rapports policiers et préfectoraux en témoignent, les Français demeurent largement anglophiles, ne serait-ce que par germanophobie.

Ce sentiment amical, le soldat britannique qui débarque sur les plages normandes à l’aube du 6 juin n’en a en fait aucune idée. À l’entraînement, il a été prévenu que les civils peuvent constituer une cinquième colonne à la solde des Allemands. Si aujourd’hui la posture d’un libérateur accueilli unanimement et légitimement par les Français lors du Débarquement est largement répandue, elle n’est en rien évidente au moment des faits pour les acteurs concernés. Ce n’est pas non plus par hasard que le terme d’« invasion » est privilégié, côté Allié, à celui de « Libération », au moins dans un premier temps. L’étude des représentations permet donc d’apporter un éclairage sur les premiers contacts entre libérateurs et libérés. Du point de vue de ces derniers, la prudence est de mise. La peur d’un rembarquement est fortement présente, ce qui conditionne des premiers contacts souvent teintés de prudence.

De la Libération à une installation prolongée : légitimité d’une présence militaire

Deux temporalités sont prises en compte dans le cadre de l’étude. D’abord, le moment de la rencontre, physique. Les premiers contacts avec les troupes de libération se font évidemment le jour du débarquement, le 6 juin mais aussi à d’autres moments. Nous le précisions, prudence voire, suspicion réciproque sont souvent les premiers comportements. Une adolescente normande raconte dans son journal au 12 août 1944 cette rencontre : « nous sommes pris pour des espions par les Anglais qui s’étonnent de voir encore des gens dans un pays qu’ils avaient fini d’évacuer le matin »[3]. C’est donc un premier contact teinté d’appréhension qui se dessine, mais celle-ci se dissipe assez rapidement. Aussi, nous étudions la pluralité des situations de libération entraînant des premières interactions différentes. À cet égard, l’entrée des militaires dans une localité libérée ou en cours de libération est symptomatique. Entre Bayeux, libérée sans un coup de feu, intacte, et Le Havre, prise après plusieurs jours de siège et d’intenses bombardements, les premières rencontres se font différemment. Dans le premier cas, une foule en liesse, conforme à l’image présente dans les manuels scolaires, accueille presque immédiatement les soldats, alors que dans la deuxième situation, le temps est au deuil, à l’évacuation des blessés, voire, à l’hostilité envers les « libérateurs », considérés surtout comme des « destructeurs ». Tout cela conduit une certaine complexité dans ce que nous nommons les « interactions libérationnelles ».

Vient ensuite un second temps, celui de la présence militaire alliée sur le sol français, hors situation de combat. Les troupes stationnant à l’arrière des lignes sont de différentes origines, mais la majorité est composée de troupes assurant la logistique. En Normandie notamment, l’arrière de la ligne de front devient un gigantesque camp militaire : dépôts, hôpitaux, campements, aérodromes, … Des milliers d’hectares sont réquisitionnés et occupés par les troupes de libération, ce qui induit une forte présence militaire sur le secteur. Dans le Bessin, autour de Bayeux, le taux de présence est de plus de quatre soldats pour un civil. L’espace vécu des civils se modifie profondément puisque, si la règle était de réutiliser les établissements déjà réquisitionnés par les Allemands, les besoins sont tels que la présence est plus importante. Les accès aux routes sont règlementés, les grands axes souvent interdits aux civils, ce qui implique des tensions naissantes. Ce n’est donc pas étonnant si certains civils parlent de la présence anglaise comme d’une « nouvelle occupation »[4]. Les comportements de troupes au combat en contexte de Libération laissent donc la place à ceux d’une troupe en campagne, avec ses effets, pour l’économie locale notamment, et surtout ses débordements. La présence s’amenuise avec l’avancée du front puis la fin de la guerre en Europe. Néanmoins, des troupes sont encore présentes plusieurs années après la guerre, notamment en Normandie et dans le Nord. Une des raisons est la construction des cimetières militaires[5]. En ce sens, les archives préfectorales du Calvados montrent bien les tensions présentes puisque les militaires du camp de Bayeux, en 1948, se plaignent du jet de bouteilles sur leurs soldats par les civils.

L’intérêt de cette recherche est donc d’essayer de comprendre le moment de bascule, entre le passage d’un temps de libération à celui d’occupation. Un des points nodaux de l’étude est de se pencher sur les relations entre Françaises et Tommies[6]. L’étude de ce point permet de poser la question des relations femmes-soldats, plus précisément femmes libérées et libérateurs. Cette recherche amène aussi à analyser, autant que faire se peut, les rouages de la justice militaire britannique, très peu étudiée jusqu’alors[7]. Cela permet de rappeler que ces relations s’inscrivent, même entre populations alliées, dans un rapport asymétrique, celui du militaire, en armes, et du civil, par définition, désarmé. Même sans armes, les civils ne sont pas pour autant passifs et il convient de mettre en exergue leur marge de manœuvre.

Une mémoire des libérateurs entre persistance locale et déclin national[8]

Enfin, les relations qui se nouent à plus ou moins long terme permettent d’interroger la manière dont la britannisation d’une mémoire de la Libération a failli, à l’échelle globale, par rapport à son homologue américain. Néanmoins, à l’échelle locale, ce constat doit être nuancé. Effectivement, depuis la fin du conflit, les commémorations dans les secteurs libérés par les soldats de Sa Majesté se sont maintenues, localement, dans des proportions variables. Le plus petit cimetière militaire britannique de Normandie, celui de « Jérusalem », existe encore par l’action de la commune qui a, depuis des années, tenu à conserver les tombes des militaires tombés lors de la Libération. Plus récemment, et paradoxalement dans un contexte de Brexit, la construction du Mémorial de Ver-sur-Mer dominant Gold Beach, rappelant le monument du cimetière américain de Colleville-sur-Mer, ne se pose-t-il pas comme un instrument de réappropriation mémorielle ? Exposant assurément une volonté de récupérer une mémoire « volée », par des libérateurs dont rien ne supposait une marque aussi longue dans les mémoires.

Au total, la thèse cherche à montrer que les interactions entre Tommies et civils sont à la fois spécifiques aux individus en présence, mais aussi porteuses de continuités propres à la présence de toute armée en campagne, ce qui interroge sur la pérennité de la posture du libérateur, qui, selon ses relations bonnes ou mauvaises avec les locaux, peut devenir « occupant ». Dès lors, il convient d’interroger le point de bascule, entre des relations de libération à des interactions plus classiques inhérentes à la présence de militaires en campagne.

Historiographie

À propos de la Libération du nord-ouest de l’Europe, on peut penser que tout a été écrit alors qu’en réalité, des zones d’ombre demeurent. Les histoires militaires, l’histoire-bataille, sont celles qui ont longtemps dominé le champ historiographique jusqu’aux années 1980. Les historiens militaires anglo-saxons se sont attachés dès les années 1950 à retranscrire un récit “officiel” de la Libération. Celle-ci est, dans leurs propos, largement bornée entre le 6 juin 1944 et les premières semaines de juillet 1944, occultant largement les événements ultérieurs. Martin Blumenson étudie en 1954 une Libération « américaine ». Pour les Britanniques, il faut attendre les travaux du major Ellis en 1962 et celui du colonel canadien Stacey en 1966. Ces ouvrages retracent les combats du point de vue des états-majors. Puis, à partir des années 1980-1990, des synthèses d’historiens renouvellent l’approche en s’affranchissant d’une histoire purement militaire. Dans cette voie, les travaux de Jean Quellien et Olivier Wieviorka, côté français, ou Russel Hart et Terry Copp, côté anglo-saxon, méritent d’être mentionnés. Ces historiens mettent en exergue les analyses politiques et stratégiques, les différentes appréciations du front entre Américains, Britanniques et Canadiens, et des regards multiples, des alliés et de l’ennemi, des officiers aux soldats en passant par un acteur longtemps occulté, la Résistance.

            Dans cette nouvelle perspective, les civils deviennent un objet d’étude à partir des années 1990 et 2000. Le mot de civil est intéressant puisqu’il est toujours défini en creux : le civil n’est pas un militaire. Il est considéré comme faible par rapport au soldat armé et en est souvent la victime. Dès lors, la nouvelle dynamique de recherche est ouverte par les conflits contemporains de cette période, en ex-Yougoslavie et au Moyen-Orient, dans lesquels le sort des civils suscite l’attention. Les anniversaires de la Libération contribuent également à une volonté de renouveler la recherche. Autour du cinquantenaire, les victimes civiles de la Bataille de Normandie sont dénombrées pour la première fois grâce aux travaux menés au sein du CRHQ de Caen sous la direction de Jean Quellien et Michel Boivin. Parallèlement à cela, les historiens cherchent à comprendre la raison de ces bombardements meurtriers. Toutefois, les études anglo-saxonnes et françaises demeurent longtemps très ethnocentrées. Il faut attendre encore une dizaine d’année pour voir les premiers mélanges de deux approches de la Libération. En 2004, un colloque se tenant au Mémorial de Caen entend étudier la place des populations civiles dans la Bataille de Normandie. On y constate un essor de travaux traitant des relations entre les populations civiles et les militaires alliés dont Hilary Footitt fait figure de pionnière en s’intéressant aux rapports entre Français et militaires alliés sur cinq espaces différents. Ce nouveau thème de recherche entraîne une approche par le genre avec une histoire des relations entre femmes et soldats telle que celle proposée par Robert J. Lily qui étudie les viols commis par les soldats Américains en Angleterre, France et Allemagne.

            De manière générale, l’historiographie des études entre militaires et civils est essentiellement américano-centrée. Bien que l’histoire des occupations militaires ait aussi bénéficié d’un renouvellement récent, les Britanniques sont le parent pauvre des études sur le sujet et font l’objet de travaux peu poussés comme le déplore Richard Vinen[9]. De ce fait, une étude de la diversité des relations entre civils libérés et militaires britanniques mêlant histoire militaire, histoire sociale, histoire par le bas, et histoire du genre permet de contribuer à la dynamique de ce champ de recherche.

Sources

Les sources permettant l’étude de ce sujet sont consultées du point de vue des militaires, britanniques, et des civils, français. Dans le cadre d’une approche « par le haut », les archives administratives et organisationnelles comme celles du 21e groupe d’armées britannique conservées aux National Archives de Kew sont essentielles. Côté civil, ce sont celles des administrations locales (départementales, municipales) telles que les rapports de préfets ou d’autorités policières qui mettent en lumière les manières dont les autorités civiles et militaires dialoguent entre elles.  Les archives à l’échelle nationale apportent des documents relatifs aux autorités civiles à la libération, tels que les documents des commissaires régionaux de la République conservés à Pierrefitte-sur-Seine (Archives nationales françaises) ou les archives de Gendarmerie du Service Historique de la Défense à Vincennes. Pour dresser une histoire à hauteur d’individus, les principaux matériaux sont des témoignages écrits peu après les événements, par des soldats et des civils, conservés majoritairement au Mémorial de Caen, à l’Imperial War Museum ou au King’s College à Londres. L’iconographie participe également à affiner l’analyse à travers un échantillon de photos prises par les reporters britanniques à partir de l’été 1944, construisant une certaine image des relations et révélant en creux de nombreux détails intéressants pour notre sujet. Au total, le corpus archivistique est d’une grande variété ce qui permet de croiser les sources disponibles.     

Bibliographie indicative : les relations entre militaires et civils en temps de guerre

-Borys David A., Civilians at the Sharp End, First Canadian Army Civil Affairs in Northwest Europe, Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2021.

-Flint Edward, The development of British Civil Affairs and its employment in the British sector of Allied military operations during the battle of Normandy, June to August 1944, thèse de doctorat, université de Cranfield, 2008.

-Footitt Hilary, War and Liberation in France, Living with the Liberators, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004.

-Gibson Craig, Behind the Front. British Soldiers and French Civilians 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

-Heimburger Franziska, « Imagining coalition warfare. French and British Military Language Policy before 1914 », in Francia – Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, Bd. 40, 2013, pp. 397-408

-Klein Luc, « La théorie stratégique au prisme des rapports entre pouvoir civil et autorités militaires en démocratie », Stratégique, n°110, 3, 2015, pp. 123-137.

-Kronenbitter, Pohlmann, Walter, Besatzung, Funktion und Gestalt militärischer Fremdherrschaft von der Antike bis zum 20. Jahrhundert, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2006.

-Le Gac Julie, Vaincre sans gloire, Le corps expéditionnaire français en Italie (novembre 1942-juillet 1944), Paris, Les Belles Lettres / Ministère de la défense-DPMA, 2018.

-Miot Claire, La Première Armée française, de la Provence à l’Allemagne, 1944-1945, Paris, Perrin, 2021.

-Roberts Mary Louise, Des GI’s et des Femmes, Amours, viols et prostitution à la Libération, Paris, Seuil, 2014.

-Vinen Richard, « British Soldiers and French Civilians, 1944-1945 », in. Ott Sandra (Ed.), War, Exile, Justice and Everyday Life, 1936-1946, Nevada (USA), Center of Basque Studies, 2011, pp. 335-358.


[1] The National Archives (Kew). WO 171/177. « Manual of Instructions for Officers serving with the Hirings Directorate 21 Army Group », avril 1944.

[2] Archives départementales du Calvados. R2152. Commissaire de police de Caen, 11 novembre 1940.

[3] Université de Caen – HisTeMé UR 7455. Journal de Jeanne Le Corsu, 12 août 1944.

[4] Mémorial de Caen. TE 223. Témoignage de Mme Richer. 1944, avant le Débarquement.

[5] Lire à ce propos la thèse de GRAY Jennie, ‘Nothing can excuse us if we fail’ The British and their Dead Servicemen, North-West Europe, 1944-1951, thèse de doctorat en histoire, université d’Exeter, 2016.

[6] Plusieurs travaux inspirent évidemment cette recherche. BRANCHE Raphaëlle, VIRGILI Fabrice, Viols en temps de guerre, Paris, Payot, 2011 ; LE GAC Julie, Vaincre sans gloire, Le corps expéditionnaire français en Italie (novembre 1942-juillet 1944), Paris, Les Belles Lettres / Ministère de la défense-DPMA, 2018 ; MIOT Claire, La Première Armée française, de la Provence à l’Allemagne, 1944-1945, Paris, Perrin, 2021 ; ROBERTS Mary Louise, Des GI’s et des Femmes, Amours, viols et prostitution à la Libération, Paris, Seuil, 2014.

[7] Les fonds mobilisés pour cette thématique sont conservés principalement aux National Archives, il s’agit des archives du War Office sur la justice militaire : WO 71, 82, 83, 84, 86, 90 et 93. Ces séries collectent des registres de procès en cour-martiale, des enquêtes mais aussi des journaux de juges militaires.

[8] Un travail qui s’inspire des réflexions de JOUTARD Philippe, Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, coll. « Écritures de l’Histoire », 2013. Notamment dans la présentation des « sociétés-mémoires », basées sur la transition orale locale, et un roman national officiel.

[9] VINEN Richard, « British Soldiers and French Civilians, 1944-1945 », in OTT Sandra (dir.), War, Exile, Justice and Everyday Life, 1936-1946, Reno (Nevada/EU), Center of Basque Studies/University of Nevada, 2011, pp. 335.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2023, 30 décembre). Projet de thèse : Guillaume Yverneau – Tommies et civils : étude des relations entre militaires britanniques populations françaises à la Libération et après, 1944-1948. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vfah

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search