Février 2024 – Soutenance de thèse – Delphine Schreuder – Le compas, la pelle et le canon. L’art de la guerre dans les frontispices des traités de fortification (vers 1550 – vers 1750)

 

Soutenance publique de la thèse le 5 février 2024 à l’Université catholique de Louvain (site de Louvain-la-Neuve)

Membres du jury : Caroline Heering (Uclouvain), présidente du jury, Philippe Bragard (Uclouvain), directeur de thèse, Ralph Dekonninck (Uclouvain), directeur de thèse, Émilie d’Orgeix (EPHE-PSL), lectrice extérieure, Nicolas Faucherre (AMU), lecteur extérieur, Joos VanderAuwera (MRBA3), lecteur extérieur.

Résumé

Cette recherche a pour objet l’étude de la représentation de l’art de la guerre au travers du corpus souvent négligé que constituent les frontispices – ou pages de titre gravées – des traités de fortification publiés entre environ 1550 et 1750. À travers une étude formelle, iconographique et iconologique des frontispices, il s’agira de déterminer le rôle de promotion politique, intellectuelle et artistique de ces images qui, placées à l’entrée du livre, sont le lieu propice à un discours programmatique, de même que de comprendre la manière dont ces gravures participent à une certaine perception du conflit armé à l’époque moderne.

Projet

1/ État de la question et positionnement par rapport à l’état de l’art

Si la question de la représentation de la guerre dans l’art a fait l’objet d’un regain d’intérêt scientifique depuis les années 1980, l’attention s’est presque exclusivement concentrée sur le domaine de la peinture. Parmi les rares études qui ont abordé des œuvres gravées, un corpus semble systématiquement passé sous silence : celui des frontispices – soit les pages de titre gravées d’ouvrages anciens – des traités de fortifications qui sont pourtant riches d’un point de vue iconographique et s’avèrent être tout aussi pertinentes pour l’étude de la représentation du conflit armé et de sa perception sous l’Ancien Régime.

Pour appréhender ces images, nous bénéficions aujourd’hui de quelques études sur la page de titre en général et son rôle au sein du livre ou encore sur son rapport à l’architecture. Nous disposons également de quelques références s’intéressant aux frontispices d’un corpus en particulier (atlas, traités d’éloquence, livres d’emblèmes, traités mathématiques, …). Toutefois, force est de constater le peu d’intérêt porté aux frontispices des traités d’architecture, encore moins à ceux d’architecture militaire, pourtant largement répandus sur le marché éditorial de l’époque moderne. Seuls les articles de John Hale, Armin Schlechter et Jeroen Goudeau ont le mérite de faire sortir ce corpus de l’ombre, bien que leurs études respectives restent cantonnées à une analyse strictement iconographique.

Pour une meilleure connaissance de ces traités, il faut se tourner vers le travail de Klaus Jordan, auteur de la bibliographie la plus complète en matière de fortification, ou vers des auteurs comme Bruno Colson qui, en s’intéressant aux ouvrages conservés à la Bibliothèque Moretus Plantin de Namur, a permis de livrer une approche transversale de la conception de la guerre de Machiavel à Clausewitz, contrairement à ceux qui se sont concentrés sur l’étude d’un seul traité. Mais, à nouveau, aucun de ces auteurs ne traitent spécifiquement du frontispice, même si Klaus Jordan en répertorie une série dans sa bibliographie.

Il s’agit donc pour nous de confronter les différents savoirs sur le frontispice, les représentations de la guerre dans l’art, et l’art de la guerre en général pour les appliquer à un corpus inédit et dépasser le simple constat descriptif et iconographique.

2/ Objectifs du projet et hypothèses de travail

Cette recherche a pour objectif premier d’étudier la représentation de « l’art de la guerre » – expression désignant communément la manière de mener les batailles de l’attaque à la défense – au sein des frontispices illustrant les traités de fortification qui se diffusent à partir de la seconde moitié du XVIe siècle. En effet, à l’aube de l’époque moderne, interviennent une série de changements majeurs dans le fonctionnement de la guerre (comme l’apparition du modèle de fortification bastionnée dit « tracé à l’italienne » capable de résister à la nouvelle artillerie), et ces innovations techniques s’accompagnent d’une nouvelle littérature militaire spécialisée. Véritables vecteur de diffusion, ces traités apparaissent d’abord en Italie et aux Pays-Bas, avant de se répandre dans toute l’Europe. Il s’agit donc d’analyser la manière dont les frontispices, souvent définis comme « une préface imagée du livre », traduisent la nouvelle conception de la guerre véhiculée par l’ouvrage qu’ils illustrent à travers une étude iconographique et formelle.

Également vu comme une « porte d’entrée » sur le savoir du livre – ce qui rappelle non seulement la définition première du frontispice comme façade et entrée principale d’un bâtiment mais fait également écho aux portes d’enceinte des forteresses – la page de titre, comme la porte, est le premier contact du spectateur/lecteur avec ce monde de la fortification et constitue donc un lieu propice à un discours programmatique. Ainsi, notre deuxième objectif est de questionner le rôle commercial qu’ont pu jouer ces images pour faire vendre non seulement le livre en tant qu’objet mais également les savoirs qu’il contient. En effet, nous pensons que, si la présence d’une page de titre illustrée augmente la valeur marchande du traité, celle-ci, par son iconographie, contribue également à promouvoir le nouvel art de la guerre sur un plan politique, intellectuel et artistique.

Afin de cadrer notre analyse, nous nous concentrons sur quatre thèmes en particulier qui sont également les plus emblématiques du corpus. Premièrement, nous étudions la représentation de la fortification, à comprendre ici comme « l’art de fortifier », et les moyens mis en œuvre pour l’établir en tant que science aussi noble que l’architecture civile ou religieuse. Deuxièmement, nous nous focalisons sur la manière dont les artistes graveurs figurent la guerre de siège, véritable guerre-spectacle qui tend à se généraliser au XVIIe siècle. Troisièmement, nous nous attardons sur l’un des principaux acteurs de ce nouvel art de la guerre, à savoir l’ingénieur militaire. Rarement représenté par le biais d’autres médiums, on le retrouve dans notre corpus soit de manière anonyme sur un chantier, soit sous la forme d’un portrait. Enfin, nous nous attachons à la figure du souverain, chef des armées, à sa relation avec l’ingénieur et aux stratégies utilisées pour lui rendre gloire.

Dans cette perspective, il nous faut également envisager la destination des traités car selon qu’ils soient des livres d’apparat dédiés au prince, des manuels destinés à la formation des ingénieurs ou simplement édités par des amateurs avides de reconnaissance, les stratégies visuelles mises en place pour annoncer le contenu de l’ouvrage varient en fonction du public visé.

Ceci nous amène à notre dernier objectif, à savoir comprendre la manière dont ces gravures participent à une certaine perception du conflit armé à l’époque moderne. A quel imaginaire de la guerre celles-ci renvoient‑elles ?

Forte de l’examen approfondi de certains exemples emblématiques du corpus, nous entendons analyser, au-delà d’une étude iconographique, ces frontispices de traités de fortification à la lumière des contextes géopolitique et socio-culturel dans lesquels ils ont été fabriqués.

Pour mener à bien ce projet, nous avons constitué un corpus quelques 250 frontispices à partir de la plus importante collection d’ouvrages théoriques sur la fortification : celle constituée par Brigitte et Klaus Jordan, aujourd’hui conservée au centre de documentation du Musée Draï Eechelen (Grand-Duché du Luxembourg), et particulièrement son fonds ancien (comptant un peu plus de 1.200 titres sur les 4.400 répertoriés dans la bibliographie mentionnée ci-dessus). Notre attention se porte essentiellement sur les ouvrages imprimés entre la seconde moitié du XVIe siècle – époque de diffusion du nouveau modèle italien de fortification bastionnée dans le reste de l’Europe – et les années 1750 – période où toutes les grandes académies militaires sont fondées et l’art de la guerre y est repensé.



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2024, 12 janvier). Février 2024 – Soutenance de thèse – Delphine Schreuder – Le compas, la pelle et le canon. L’art de la guerre dans les frontispices des traités de fortification (vers 1550 – vers 1750). GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vko0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search