Avril 2024 – Soutenance de thèse – Karla Papeš – Military architecture between Theory and Practice in the Early Modern Eastern Adriatic

rhdr

 

Soutenance publique le 24 avril 2024 – Université Ca’ Foscari Venice, Département de Philosophie et des Biens Culturels, salle Biral – Malcanton Marcorà, Dorsoduro 3484/D, 30123 Venise, Italie

Composition du jury : Martina Frank, professeure titulaire, Université Ca’ Foscari (présidente du jury), Giulio Zavatta, professeur associé, Université Ca’ Foscari (secrétaire), Émilie d’Orgeix, directrice d’études, EPHE-PSL (membre), Ana Marinković, professeure associée, Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Zagreb (membre), Anđela Frančić, professeure titulaire, Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Zagreb (membre)

Résumé
Cette recherche se concentre sur la circulation, l’adaptation et l’utilisation des connaissances théoriques et pratiques en matière de fortification dans l’Adriatique orientale sous les Républiques de Venise et de Raguse. Elle compare les caractéristiques formelles des bâtiments, les documents d’archives et les traités, et inclut également une analyse terminologique des sources, en considérant les termes techniques innovants comme l’un des principaux moyens de diffusion et d’application des connaissances. La première hypothèse suggère que l’architecture de fortification de l’époque moderne dans l’Adriatique orientale dépendait de conceptions spéculatives d’experts militaires influents. Des théories non fondées ont conduit à des structures expérimentales et non fonctionnelles, marquant un point crucial dans l’histoire des fortifications de l’Adriatique orientale. En outre, dans l’état de guerre perpétuel, les fortifications de l’Adriatique orientale ont eu un effet direct sur les changements de la science de la fortification et ont servi de terrain d’essai qui a permis de valider des hypothèses tout en façonnant de nouvelles solutions théoriques grâce à l’expérience pratique. La troisième hypothèse propose que la formulation de la terminologie de la fortification croate trouve ses racines dans les insights de l’architecture militaire moderne, principalement influencée par la terminologie italienne. La comparaison des instructions théoriques dans les traités avec les conceptions architecturales de Michelozzi à Dubrovnik, l’atelier familial Sanmicheli à Zadar, la forteresse de Saint-Nicolas de Giangirolamo Sanmicheli et le projet de De Ville à Pula a montré que les fortifications de l’Adriatique orientale ont été le reflet des changements dans la science de la fortification. Dans le cas de Zadar, de nouvelles solutions théoriques ont été combinées à des changements pratiques. Les fortifications de Giangirolamo et de De Ville ont, quant à elles, été interprétées comme des structures expérimentales. L’exemple de Dubrovnik et l’étude de cas des forteresses assiégées à Šibenik et Split sont des exemples avérés de l’harmonisation de la théorie et de la pratique.

Summary
This research focuses on the circulation, adaptation, and use of theoretical and practical fortification knowledge in the Eastern Adriatic under the Republics of Venice and Ragusa. It compares the formal characteristics of buildings, archival material, and treatises, and it also includes a terminological analysis of the sources, considering innovative technical terms as one of the main means of disseminating and applying knowledge. The first hypothesis suggests that Early Modern fortification architecture in the Eastern Adriatic depended on speculative designs by influential military experts. Unsubstantiated theories led to experimental and non-functional structures, marking a crucial point in the history of Eastern Adriatic fortifications. Moreover, in the perpetual state of war, the Eastern Adriatic fortifications directly witnessed changes in fortification science and served as a testing ground that validated hypotheses and shaped new theoretical solutions through practical experience. The third hypothesis proposes that the formulation of Croatian fortification terminology is rooted in insights from Early Modern military architecture, mainly influenced by Italian terminology. The comparison of theoretical instructions in treatises with architectural designs by Michelozzi in Dubrovnik, the Sanmicheli family workshop in Zadar, Giangirolamo Sanmicheli’s fortress of St. Nicholas, and De Ville’s project in Pula showed that the Eastern Adriatic fortifications directly reflected changes in fortification science. In the case of Zadar, new theoretical solutions were combined with practical changes. Giangirolamo’s and De Ville’s fortifications were interpreted as experimental structures. The example of Dubrovnik and the case study of besieged fortresses in Šibenik and Split were proven examples of the harmonisation of theory and practice.

Figure : Zadar, view of Porta Terraferma from the Bastion Ponton. Photographed by Karla Papeš



Citer ce billet
Emilie d'Orgeix (2024, 7 mai). Avril 2024 – Soutenance de thèse – Karla Papeš – Military architecture between Theory and Practice in the Early Modern Eastern Adriatic. GIS Patrimoines militaires P2ATS. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nhf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search