Alban Gottfrois – Le château de Caen, de la forteresse ducale à la caserne Lefebvre (XIe-XIXe)

Titre complet de la thèse de doctorat : Le château de Caen, de la forteresse ducale à la caserne Lefebvre (XIe s. – fin du XIXe s.). Étude architecturale, archéologique et historique

Dir : Luc Bourgeois (université de Caen Normandie)

Présentation du sujet d’étude : le château de Caen

Avec plus de cinq hectares, le château de Caen est l’un des plus vastes édifices castraux d’Europe. Il est situé sur un éperon rocheux qui domine la ville et son origine remonte au règne de Guillaume le Conquérant, au milieu du XIe siècle. De nombreuses évolutions architecturales et fonctionnelles ont suivi sa construction. Au palais ducal et à l’habitat paroissial initialement présents se sont vus ajouter, au début du XIIe siècle, une vaste salle princière (la « salle de l’Échiquier ») et une tour maîtresse quadrangulaire. Au XIIIe siècle, cette dernière fut encadrée par une chemise munie de quatre tours et par un fossé, marquant l’installation du nouveau pouvoir capétien, désormais maître de la Normandie. Entre le XIIIe et le début du XVIe siècle, diverses structures, résidentielles, défensives ou artisanales, ont été bâties ou rebâties. À partir de la fin du Moyen Âge, la population civile a progressivement quitté le château, qui se vit alors attribuer un rôle presque exclusivement militaire. On y ajouta des terrasses d’artillerie et le site s’adapta à la vie de garnison. En dehors de la destruction du donjon et de la porte Saint-Pierre, la Révolution n’entraîna que quelques modifications relativement mineures sur la topographie du site, dont la fonction de caserne se structura néanmoins de plus en plus. En 1881, peu après la mise œuvre d’un vaste programme de réaménagement de la caserne, le château, désormais connu sous le nom de caserne Lefebvre, perdit son statut de place forte, en raison du déclin de son intérêt stratégique. Enfin, le site fut largement bombardé en juin 1944. Les restaurations de l’après-guerre et la création de nouveaux aménagements (musée des Beaux-Arts, espaces verts…) se sont ajoutées aux nombreuses transformations subies par le monument depuis le XIe siècle. Au cours de sa longue histoire, le château a donc connu bien des transformations au gré des événements et des décisions politiques et stratégiques. L’impact architectural et topographique des grandes ruptures de l’occupation du site demeure toutefois mal connu.

Le château a fait l’objet de fouilles archéologiques dès les années 1950 et 1960, sous la direction de Michel de Boüard, lequel a concentré ses efforts sur le « Vieux palais », le donjon et la salle dite de l’Échiquier. Depuis cette époque, de multiples opérations archéologiques ont eu lieu et de nombreux travaux sur le château ont vu le jour [1]. Ce sont surtout les fouilles menées entre 2004 et 2016 qui ont permis de renouveler nos connaissances du site : la mise au jour de structures artisanales, résidentielles et de stabulation ont éclairé d’une lumière nouvelle tout un secteur du château. En 2017, la ville de Caen, propriétaire du château, a initié la mise en œuvre d’un schéma directeur dont le but est la restauration et la mise en valeur du site. Dans ce contexte, un Projet collectif de recherche associant historiens, archéologues et historiens de l’art, a été mis en place au début de l’année 2019. Ce projet, placé en amont des réaménagements prévus dans le château, vise à rassembler les données disponibles issues des fouilles archéologiques, des textes et de l’iconographie, fort dispersées jusqu’à présent. Il a également pour but d’orienter les recherches futures et de fournir des indications scientifiques et techniques lors des travaux de restauration et, surtout, d’envisager des orientations de recherche qui font encore défaut : le croisement des approches et une lecture globale du site dans toute sa durée.

Bien que de nombreux travaux aient porté sur le château de Caen, une étude globale du site à nouveaux frais, qui comprendrait une synthèse critique de l’ensemble des données archéologiques et des sources écrites, reste à faire [2]. De plus, la riche documentation iconographique représentant le château de Caen demeure encore, à ce jour, relativement peu exploitée. Par ailleurs, le château n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie retraçant son évolution sur la longue durée, puisque l’accent a essentiellement été mis sur la période médiévale et sur le secteur palatial, ce qui ne permet pas d’avoir une vue d’ensemble de l’évolution du site.

Problématique et objectifs

C’est dans le contexte précédemment évoqué que se place étude sur le château de Caen. Il s’agit de retracer l’évolution d’une importante forteresse dans la longue durée, de ses origines médiévales à la perte de statut de place forte en 1881, à partir de l’analyse d’une documentation architecturale, archéologique, textuelle et iconographique exceptionnellement riche mais très dispersée. Le site est ici envisagé en tant que forteresse, dont les éléments défensifs (portes, ouvertures de tir, barbacanes, caponnières…) font l’objet d’une attention particulière. Mais il est également vu comme lieu d’habitat et lieu de vie des occupants du château, qu’ils aient été nobles ou non. Ainsi, les données concernant le pôle palatial, dans la partie nord-ouest du château, qui comprenait notamment le palais ducal, le donjon ou encore les aulae et qui a beaucoup évolué au cours du temps, nécessitent d’être réinterrogées. Il s’agit du secteur qui a le plus été étudié jusqu’à présent, mais certaines interprétations anciennes peuvent être réévaluées à la lumière des sondages archéologiques récents et des apports de la recherche actuelle sur ce sujet, notamment sur les fonctions successives de certains bâtiments. De plus, l’organisation générale de cet espace n’a jamais été abordée dans son ensemble. Quant à l’habitat civil de la paroisse Saint-Georges, qui occupait le reste de l’espace castral, il n’a que très peu été approché jusqu’à présent : nous tentons donc d’en comprendre l’organisation. En outre, l’articulation entre ces deux pôles est examinée de près : comment étaient-ils séparés et comment communiquaient-ils ? Quels changements ont été induits par la construction du donjon puis de la chemise ? Quelle a été l’évolution de la population de ces deux pôles ? De plus, un regard particulier est porté sur l’organisation spatiale des diverses activités réalisées au sein du château : artisanat, stockage (en particulier d’armes de guerre)[3]… Nous tentons également de comprendre comment ces espaces ont évolué lorsque la vie de château, à partir de la fin du Moyen Âge, laissa progressivement la place à la fonction de garnison puis de caserne, laquelle a pris place en majeure partie dans les bâtiments pré-existants. Cette problématique de l’occupation du château au cours de l’Ancien Régime et du XIXe a d’autant plus d’intérêt qu’elle a, jusqu’à présent, été le parent pauvre des études historiques et archéologiques sur le château de Caen. Enfin, nous nous intéressons également aux dynamiques de morphologie urbaine afin de comprendre l’insertion du château et de son quartier dans la trame urbaine au cours du temps. Cette étude est menée dans une perspective diachronique, afin d’appréhender l’évolution de de chaque bâtiment puis du site dans son ensemble.

Sources et méthode

Notre approche consiste d’abord en l’exploitation des abondantes sources écrites et iconographiques qui documentent le château de Caen, lesquelles ont été en grande partie dépouillées et éditées dans le cadre de l’actuel Projet collectif de recherche sur le château. Parmi les sources textuelles, de nombreux comptes, quittances, mémoires et demandes de travaux sont privilégiés pour obtenir de précieux renseignements sur la topographie du site et ses évolutions et, dans une moindre mesure, sur ses occupants. La documentation iconographique, quant à elle, est particulièrement riche : elle comprend de nombreux plans généraux et plans de détail de certains bâtiments, datés entre 1575 et nos jours, utiles pour connaître la topographie générale du site et les projets conçus par les militaires, et de nombreuses représentations sur des photographies anciennes, des gravures, des lithographies, etc. Ces documents sont autant d’appuis pour la compréhension des structures concernées, surtout lorsqu’elles ont disparu ou ont été radicalement restaurées. Les XVIIIe et XIXe siècles, particulièrement bien documentés, pourront ainsi être précisément approchés ; mais le voile pourra également être levé sur les siècles qui ont précédé, en appliquant des méthodes d’analyse régressive.

En outre, notre étude est surtout alimentée d’opérations de terrain bien ciblées. Tout d’abord, un accent particulier est mis sur les études du bâti. En effet, à l’exception de deux portions de courtines dans la partie nord du château, aucune analyse de bâti n’a été réalisée dans le château de Caen. Le présent travail doctoral comblera donc cette lacune notamment au niveau de la porte des Champs, de la tour Mathilde et de la porte Saint-Pierre. La porte des Champs, châtelet d’entrée qui remonte vraisemblablement au XIIIe siècle, est l’une des structures médiévales les mieux préservées du château mais, jusqu’à présent, les travaux archéologiques et historiques n’ont fait que l’effleurer. Son état de conservation, malgré une occupation apparemment intense pendant toute la durée de vie du château, en fait un objet de recherche au potentiel particulièrement prometteur. Ses origines, ses modes de construction, son système défensif, ses diverses utilisations et ses évolutions pourront ainsi être mis en lumière. De plus, ce premier travail servira ensuite de base pour l’analyse des autres structures bâties du château, en apportant des données permettant des comparaisons. Une autre partie de la fortification sera examinée attentivement : la tour cylindrique dite de la reine Mathilde, qui jusqu’ici n’a jamais été étudiée. La datation de cette tour, estimée d’abord au XIIIe siècle, est sujette à une remise en question : de nos jours, les chercheurs penchent plutôt pour une datation du XVe siècle mais cette nouvelle datation, certes plus plausible, n’a encore pas été étayée par une analyse complète. En outre, notre travail consistera à comprendre le contexte de construction de cette tour, à établir la part respective de ses différents usages (défense, résidence, stockage) et à comprendre son intégration dans le système défensif général du site. Enfin, une analyse de bâti sera réalisée dans la porte Saint-Pierre. Cet édifice, qui permettait la communication entre le château et la ville, a été détruit en 1793 puis reconstruit en 1804-1805, ce qui nous prive de nombreuses informations sur son apparence, son organisation topographique et ses différentes fonctions avant la fin du XVIIIe siècle. Cependant, de nombreux indices dans les maçonneries, couplés aux informations contenues dans quelques documents iconographiques, devraient permettre de retracer une partie de l’histoire de cet élément-clef de la fortification. En parallèle de ces travaux, les courtines de l’enceinte seront également approchées de manière extensive par des orthophotographies permettant une caractérisation et une chronologie relative des différents appareils présents (modules, pose, matériaux, marques d’outils et marques d’appareillage). Ces analyses permettront de mieux comprendre la mise en place des fortifications, leur évolution (en mettant en évidence une chronologie relative voire absolue) ou encore la diversité de leurs modes de construction d’une section à l’autre.

Cette approche architecturale, qui constituera la majeure partie du corpus archéologique de la thèse, sera complétée par la réalisation de quelques opérations archéologiques stratégiquement localisées afin d’apporter un éclairage ponctuel sur certains questionnements que l’analyse du bâti n’aura pas permis de résoudre : de petites opérations de sondage sont donc envisagées dans les environs de la porte des Champs (au niveau du passage et dans les fossés), permettant de compléter nos connaissances d’une part sur la topographie de ce châtelet d’entrée et d’autre part sur le système défensif de l’ensemble constitué de la porte des Champs associée à son souterrain, aux fossés, à la barbacane et à la double caponnière située à ses pieds.

A la lumière des données nouvellement acquises, lesquelles auront été confrontées aux travaux antérieurs, notre travail consistera enfin à effectuer une relecture critique et une synthèse de l’ensemble des données, publiées ou non, auxquelles viendront s’ajouter des comparaisons systématiques avec d’autres sites castraux et palatiaux en France et en Angleterre : il s’agira de comparer les structures, une par une, avec d’autres ensembles du même type, et d’élaborer une comparaison d’ensemble de la forme et des différents secteurs fonctionnels, à l’échelle des résidences et forteresses ducales puis royales, en Normandie d’abord[4] puis dans d’autres régions.

Ce travail doctoral fournira un éclairage nouveau sur un site médiéval majeur du patrimoine de Normandie, qui a longtemps été étudié mais de manière fragmentaire. Il apportera, en parallèle du PCR, qui se limite au rassemblement de la documentation sur les structures et le mobilier, une analyse plus globale en amont de la mise en valeur du château.

Bibliographie indicative

De Boüard Michel. « La salle dite de l’Échiquier, au château de Caen », Medieval Archaeology, 9, 1965, p. 64–81.

De Boüard Michel. « Le château de Caen. Le donjon », Les monuments historiques de la France, 1, janvier-mars, 1962, p. 1–8.

De Boüard Michel. Le château de Caen, Caen, CRAM, 1979.

Faisant Étienne. « L’église Saint-Georges du château de Caen », Annales de Normandie, no 1, 2016, p. 3–29.

Flambard-Héricher Anne-Marie, Le Maho Jacques (dir.). Château, ville et pouvoir au Moyen Âge, Actes de la table ronde de Caen, 10-11 Octobre 2008, Caen, Publications du CRAHM, 2012.

Guillot Bénédicte (dir.). Forges médiévales et écuries de la Renaissance au château de Caen, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2015.

Guillot Bénédicte. Le Donjon de Caen. État des connaissances, 1956-2016. Inrap Grand-Ouest, 2017.

Guillot Bénédicte. Une cour palatiale, la prison et de nouveaux édifices, Inrap Grand-Ouest, 2016.

Impey Edward, McNeill John. « The Great Hall of the Dukes of Normandy in the Castle at Caen », in John A. Davies, Angela Riley, Jean-Marie Levesque, Charlotte Lapiche (dir.), Castles and the Anglo-Norman World, Oxford, Oxbow Books, 2016, p. 101–32.

Jean-Marie Laurence. Caen aux XIe et XIIe siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Cormelles-le-Royal, La Mandragore, 2000.

Jean-Marie Laurence. « Des maisons au château : le château de Caen, une paroisse urbaine » In Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale. Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Flambard-Héricher, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 377–388.

Marin Jean-Yves et Levesque Jean-Marie (dir.). Mémoires du château de Caen, Milan, Skira, 2000.

Marino Luigi, and Scipioni Nathalie. « Étude archéologique et architecturale des deux ‘barbacanes’ du château de Caen. » In Jean-Yves Marin, Sandrine Berthelot, Geneviève Sennequier, and Laurence Flavigny (dir.), La Normandie dans la guerre de Cent ans, Milan, Skira, 1999, p. 131–35.

Notes

[1]     Citons en particulier, parmi les plus significatifs :

   – Marin Jean-Yves et Levesque Jean-Marie (dir.). Mémoires du château de Caen, Milan, Skira, 2000 ;

   – Jean-Marie Laurence. Caen aux XIe et XIIe siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Cormelles-le-Royal, La Mandragore, 2000 ;

   – Jean-Marie Laurence. « Des maisons au château : le château de Caen, une paroisse urbaine » In Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale. Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Flambard-Héricher, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 377–88 ;

   – Faisant Étienne. « L’église Saint-Georges du château de Caen », Annales de Normandie, no 1, 2016, p. 3–29 ;

   – Impey Edward, McNeill John. « The Great Hall of the Dukes of Normandy in the Castle at Caen. » In John A. Davies, Angela Riley, Jean-Marie Levesque, and Charlotte Lapiche, Castles and the Anglo-Norman World, Oxford, Oxbow Books, 2016, p. 101–32.

[2]     La seule synthèse complète du château de Caen est celle de Michel de Boüard, qui remonte à 1979 et qui concernait presque exclusivement la période médiévale, à laquelle peut s’ajouter un ouvrage collectif paru en 2000 sous la direction de Jean-Marie Levesque et Jean-Yves Marin. Il n’existe donc pas de synthèse complète qui intègre l’ensemble des données, en particuliers les plus récentes, qui, depuis le début des années 2000, ont significativement renouvelé nos connaissances du site.

[3]     De nombreuses sources font état du dépôt de matériel militaire, notamment des projectiles : flèches, boulets… Mais des armes de trait et des pièces d’artillerie étaient également stockées sur place : arbalètes, espringales, puis de l’artillerie à poudre. Ces éléments étaient stockés dans différents endroits du château, qui ont varié au cours du temps.

[4]     Fécamp, Rouen, Falaise…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search