Éloi Vincendet – «Au cœur de l’armée et de la ville », une étude historique des casernes dans le nord de la France (1668-1872)

Thèse de doctorat sous la direction de Catherine Denys (université de Lille) et de Xavier Boniface (université de Picardie)

Résumé

Cette thèse vise à comprendre comment la caserne, qui apparaît à la fin du XVIIe siècle, est devenue à la fois un outil disciplinaire de l’armée et un équipement sensible aux évolutions de la ville, aux siècles des Lumières et de la révolution industrielle. Elle s’inscrit dans la préoccupation des municipalités confrontées à la reconversion des bâtiments militaires depuis la suspension du service national. Elle cherche aussi à intégrer dans sa réflexion les enjeux actuels de modernisation et d’adaptation des infrastructures de la défense. L’objectif est de reconstituer les logiques spatiales et sociales de l’intégration de l’armée dans la ville dans une perspective historique longue, afin d’en comprendre les mécanismes et les implications. Il s’agit aussi d’éclairer les enjeux actuels du lien entre l’armée et la Nation, à une époque où l’institution militaire s’interroge sur la manière de l’entretenir, au-delà de la seule patrimonialisation du bâti militaire. La thèse se déploie sur la région Hauts-de-France, région marquée par une urbanisation dense et la récurrence des guerres. Elle interroge le rôle de la caserne dans la « fabrique de la ville », la question de sa porosité confrontée à sa finalité disciplinaire, la dimension genrée, conflictuelle et sécuritaire de ses usages. La recherche utilise la cartographie numérique, appliquée aux documents anciens en deux et trois dimensions et propose la mise en ligne des résultats. La thèse fournira donc aux décideurs, civils et militaires, des outils d’appréhension du lien entre bâtiments militaires et espaces vécus urbains

Problématique et objectifs

La thèse vise à explorer comment se régissent les interactions entre villes et casernes sur la longue durée. Il s’agira d’y interroger la mise en tension entre les logiques militaires qui président à l’invention puis à la généralisation de la caserne et celles qui régissent les transformations des villes.

En se focalisant sur la caserne, comme espace bâti spécifiquement consacré à la vie des troupes de garnison urbaine, ce sujet entend contribuer à la réflexion générale sur la place de l’armée dans la société et sur la capacité d’adaptation et de résilience des formes urbaines. En effet, la caserne est ici considérée comme un lieu de passage, un lieu de vie transitoire, donc un lieu ouvert aux influences de la société urbaine qu’elle influence à son tour. La thèse entend ainsi mettre l’accent moins sur la fermeture, d’ailleurs toute relative, de la caserne, et davantage sur sa porosité dans l’espace urbain qu’elle contribue à transformer, par sa présence physique et la concentration des soldats. Il s’agira de mesurer la tension entre fermeture disciplinaire et ouverture sociale et culturelle dans la ville.

Cette thèse s’inscrit résolument dans le courant historiographique du spatial turn, pour interroger la place de ce bâtiment particulier, et de ceux qui l’occupent, dans l’évolution des espaces urbains et de leurs usages sociaux. Il s’agit donc de comprendre comment l’armée participe à la « fabrique de la ville », entendue comme l’ensemble des actions des habitants, usagers et acteurs qui font et modèlent la ville. La thèse envisage cependant une approche spatiale plus approfondie que ces exemples récents, en mettant en œuvre les outils numériques disponibles. L’histoire urbaine est en effet actuellement enrichie par les possibilités ouvertes par la cartographie numérique, qui permet de spatialiser finement des phénomènes sociaux, politiques ou culturels. La facilité de manipulation des logiciels récents, tels ArcGis, permet de croiser des bases de données de tout genre avec le maillage des rues, paroisses, arrondissements ou autres quartiers urbains. La caserne, lieu emblématique de la présence militaire dans la ville, invite donc à croiser histoire militaire et histoire urbaine, en s’appuyant sur les ouvertures interdisciplinaires récentes. Ancrée résolument dans les approches novatrices d’une histoire urbaine « spatialisée », la thèse intègre résolument la question de la porosité de l’institution, qui est donc au cœur de la réflexion proposée. Elle informe une série de questionnements, sensibles aux contextes particuliers de chaque moment historique dans la longue période envisagée.

Dans un premier temps, on s’interrogera ainsi sur les modalités de la décision d’implantation des casernes dans tel ou tel espace de la ville, et sur les conflits générés, ou non, entre les autorités municipales et militaires, sur la concurrence avec d’autres logiques spatiales d’implantation d’activités économiques ou de services publics nécessaires à la ville, et enfin sur les réactions des riverains.

Dans un deuxième temps, l’environnement immédiat de la caserne sera particulièrement scruté, afin de comprendre comment la caserne interagit avec son voisinage, en termes d’emprise sur l’espace public, de raccordement aux réseaux, d’approvisionnements divers, d’évacuation des déchets, de commerces et de services, ou même d’ambiance urbaine. Les négociations et les conflits nombreux à ce sujet sont révélateurs de l’impossible isolement de l’espace militarisé dans la ville, la question du raccordement des casernes aux terrains d’entraînement militaire (esplanade, fortifications, terrains de manœuvre) pose aussi la question des parcours des soldats dans la ville et de leur encadrement.

La caserne en ville invite encore à développer une étude attentive aux questions de genre, qui ne se réduisent pas à la seule problématique de la prostitution. La question de l’exclusion des femmes des bâtiments militaires doit être confrontée aux variations réglementaires des différentes périodes et aux pratiques concrètes constatées dans les villes. On pourra s’appuyer sur les parentés, déjà théorisées par Michel Foucault, entre la caserne et d’autres formes genrées d’enfermement, comme les couvents, également nombreux dans les villes de la région considérée.

Enfin, le sujet invite aussi à évaluer les perceptions et représentations générées en ville par la présence des casernes, à confronter les discours et les réalités de terrain sur la question de la sécurité ou de l’insécurité en ville. Espace disciplinaire mais aussi concentration d’hommes jeunes en armes, la caserne peut autant renvoyer à l’ordre qu’au désordre. Si la dénonciation des frasques des conscrits et des délits, voire des crimes graves, commis par les militaires est un lieu commun des histoires des villes de garnison, la thèse invite à approfondir le sujet, en s’interrogeant sur la disponibilité des militaires au service des polices urbaines, ainsi que sur les pratiques de contrôle de l’espace urbain associées à la répartition des casernes dans la ville, qui multiplient sentinelles et corps de garde en réseaux. La thèse peut ainsi contribuer aux débats historiques sur le processus de « pacification des mœurs » et ainsi que sur la place de la masculinité et de l’honneur dans la perception de la violence en ville.

En définitive, la caserne est envisagée comme un révélateur des fonctionnements sociaux, politiques, administratifs et culturels des organismes urbains sur le temps long. Elle confronte en permanence le « dedans » et le « dehors », en s’interrogeant sur la perméabilité d’une institution qui se veut disciplinaire et fermée mais qui est traversée en pratique par l’ensemble des évolutions de la ville auxquelles elle participe. Il s’agit bien, en définitive, à partir de la caserne, de réfléchir à la « fabrique de la ville » en utilisant l’histoire comme répertoire d’expériences passées pour mieux informer les décisions au présent.

État de l’art, corpus de sources et méthodologie

Il convient tout d’abord de revenir sur l’ancrage chronologiquement large de cette thèse. Elle se concentre, de fait, sur une longue période, ce qui est inhabituel dans les approches historiques françaises encore souvent cloisonnées sur une périodisation académique de part et d’autre de la Révolution et l’Empire. Le troisième-quart du XVIIe siècle est une période fondatrice où le casernement moderne se généralise. L’année 1872, avec le service national militaire personnel et obligatoire, marque un tournant, au-delà duquel des travaux majeurs ont été réalisés. La recherche se situe donc en amont. Le premier objectif est de réinterroger les modèles de casernement qu’aborde François Dallemagne dans son ouvrage, en les confrontant aux réalités urbaines, culturelles et sociales de leurs époques. Il s’agit en effet d’observer la caserne urbaine, depuis sa mise en place à la fin du XVIIe siècle jusqu’aux lendemains de la guerre de 1870 où le casernement devient un véritable espace pédagogique et disciplinaire au service de la nouvelle république. On entend ainsi observer la naissance de la caserne à la fin du XVIIe siècle, son premier déploiement au XVIIIe siècle et son épanouissement au XIXe siècle, sans négliger les moments d’extension ou de repli liés aux régimes politiques successifs et à leurs choix en matière de devoir militaire. La période révolutionnaire par exemple, avec la nationalisation des casernes en 1791 et la réquisition des bâtiments religieux pour loger les citoyens levés en masse pour la défense de la République, soulève des questions très spécifiques, à ce jour complètement ignorées par les historiens. Cette période semble bien être cruciale dans la professionnalisation et la militarisation de l’espace de la caserne qui échappe alors à l’autorité municipale.

Le terrain de la thèse sera circonscrit à un corpus précis de villes de garnison. Étant donné l’ampleur de l’évolution de chaque espace urbain et société urbaine sur plus de deux siècles, le nombre de villes étudiées est relativement restreint. Par ailleurs, afin d’observer les interactions entre ces villes et ne pas céder à une vision verticale d’un pouvoir central imposant ses décisions, il paraît intéressant de choisir ces villes dans un même espace régional. Les villes de Flandre, d’Artois et de Picardie, à la fois « espace frontière » et « espace relais » sont un terrain particulièrement pertinent pour cette étude. Une typologie ordonnée autour des fonctions urbaines et du poids militaire invite à sélectionner les places fortes de première ligne, marquées par la présence forte et continue de l’armée, telles Lille, Cambrai, Dunkerque et Valenciennes, et les villes où la présence de l’armée a été plus épisodique comme Amiens, Laon ou Compiègne par exemple) sans exclure des villes plus petites mais où le poids de l’armée est d’autant plus marquant comme Maubeuge, Avesnes ou Landrecies.

D’un point de vue méthodologique, le sujet impose de combiner des sources et des méthodologies spécifiques, qui sont celles de l’histoire sociale, militaire et urbaine. Dans les trois années de financement imparties, il s’agira d’interroger et sonder des sources choisies selon des questionnements précis, élaborés à partir de l’état de l’art et des archives disponibles. La dimension spatiale étant majeure, un travail sur les plans disponibles est prioritaire. À cet égard, les collections des ingénieurs militaires conservées au Service Historique de la Défense sont la première source à consulter. Les atlas militaires des casernes en particulier et les plans des projets du Génie par place de guerre peuvent permettre d’établir une typologie de départ qui sera complétée par les plans repérées dans les autres dépôts d’archives et bibliothèques. Il s’agira dans un premier temps de repérer les localisations précises des casernes dans les espaces urbains, à l’échelle de l’ensemble de la ville, puis de manière précise à l’échelle du quartier. La collection des plans-reliefs des villes de la région Hauts-de-France conservée au Palais des Beaux-Arts de Lille et au Musée des plans-reliefs aux Invalides, offre aussi l’opportunité d’un travail en trois dimensions sur les différents types de casernes et leurs implantations dans les espaces urbains, de la fin du XVIIe jusqu’au début du XIXe siècle. La manipulation est facilitée par l’existence de modèles déjà numérisés pour quelques villes de la région (Saint-Omer, Aire-sur-la-Lys, Lille) ; pour les autres cas, je pourrai procéder à une reconstitution numérique par photogrammétrie limitée à l’environnement des casernes. Enfin, je compléterai cette première approche documentaire par des campagnes de photographies des bâtiments encore existants. Je pourrai alors produire des cartes géo-référencées, superposant l’emplacement des casernes à différentes périodes historiques, choisies en fonction des plans disponibles, à l’échelle de l’ensemble de chaque ville et de quelques quartiers significatifs. Je pourrai disposer ainsi pour l’ensemble de ma thèse d’un outil de travail efficace pour spatialiser les questionnements essentiels du sujet. Les sources centrales du Service Historique de la Défense (SHD) sur l’aménagement des casernes seront dépouillées pour y relever les échanges avec les administrateurs, préfets, intendants royaux, gouverneurs militaires, maires et échevins, qui concernent l’implantation des casernes et la vie quotidienne des militaires dans leurs relations avec les habitants de la ville. Bien que l’historiographie se fonde le plus souvent sur des sources centrales, l’essentiel de la recherche doit être ensuite effectué dans les archives locales et régionales. Elle sera réalisée d’abord dans les archives départementales du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, de l’Aisne et de l’Oise, puis dans les archives communales des villes considérées, en sélectionnant celles qui offrent les dossiers les plus pertinents pour l’enquête sur la longue durée. J’y mènerai des recherches systématiques sur la règlementation et sur les délibérations des conseils municipaux. Les dossiers concernant la voirie, le raccordement aux réseaux, l’approvisionnement, l’enlèvement des ordures, la police, les cafés, la prostitution, seront particulièrement consultés. Enfin, à partir des recensements et des sources fiscales locales, j’étudierai l’environnement social des casernes, en construisant des bases de données, transposables ensuite sur les cartes précédemment construites. Ce travail sera effectué à partir d’un sondage pour permettre de couvrir l’ensemble de la période et de la région. Il se limitera donc à quelques quartiers choisis pour leur pertinence et leur diversité pour tenter de rendre compte de la complexité de ce corpus hétérogène.

Calendrier prévisionnel :

  • Octobre 2020-mars 2021 : Travail au SHD, numérisation des plans, élaboration des cartes des casernes, Élaboration d’une bibliographie raisonnée et d’un questionnaire pertinent ;
  • Avril 2021-septembre 2021 : Dépouillements dans les dépôts départementaux et communaux. Avancement dans la bibliographie ;
  • Octobre 2021-mars 2022 : Poursuite des dépouillements et des lectures. Élaboration des bases de données ;
  • Avril 2022-septembre 2022 : Poursuite des dépouillements et des lectures. Finalisation des cartes. Élaboration d’un plan détaillé et rédaction de l’introduction. Communication des premiers résultats en séminaire et mise en ligne des cartes. ;
  • Octobre 2022-septembre 2023 : Rédaction.

Bibliographie sélective

Xavier Boniface et Annie Crépin, dossier « Armée et société dans le nord de la France XVIIe-XXe siècle » Revue du Nord, t. 85, n° 350, avril-juin 2003.

Xavier Boniface, « L’armée à Dunkerque aux alentours de 1900 », Revue historique de Dunkerque et du littoral. « Dunkerque en 1900 », Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, hors-série n° 3, 2002, p. 3-14.

Philippe Bragard, Jean-François Chanet, Catherine Denys & Philippe Guignet (eds), L’armée et la ville dans l’Europe du Nord et du Nord-Ouest, du XVe siècle à nos jours, Louvain, Presses universitaires de Louvain et Academia Bruylant, 2006.

Jean François Chanet, Vers l’armée nouvelle : république conservatrice et réforme militaire (1871 – 1879), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

François Dallemagne, Les casernes françaises, Paris, Picard, 1990.

Catherine Denys, « Réseau urbain et hiérarchie militaire : étude sur les effectifs des garnisons en temps de paix dans le Nord de la France au XVIIIe siècle, Revue du Nord, tome 82, n° 335-336, 2000, p. 271-284.

Philippe Diest, Le Nord-Pas-de-Calais et l’armée de 1871 à 1914 : le poids des infrastructures militaires, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2019.

Carole Espinosa, L’armée et la ville en France, 1815-1870 : de la Seconde Restauration à la veille du conflit Franco-prussien, Paris, Harmattant, 2008.

Arnaud Guinier, L’honneur du soldat, éthique martiale et discipline guerrière de la France des Lumières, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2014.

Sabrina Loriga, Soldats, un laboratoire disciplinaire : l’armée piémontaise au XVIIIe siècle, Paris, Mentha, 1991.

Mathieu Marly, Distinguer et soumettre – Une histoire sociale de L’armée française (1872-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

Emilie d’Orgeix, Au pied du mur, bâtir le vide autour des villes (XVIe-XVIIIe siècle), Bruxelles, Margada, 2019.

Emilie d’Orgeix et Isabelle Warmoes, Atlas militaires manuscrits (XVIIe-XVIIIe siècles), villes et territoires des ingénieurs du roi, Paris, BNF Édition, 2017.

Odile Roynette, « Bons pour le service », l’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000.